• <b>Flums</b><br>La Vierge à l'Enfant, vitrail de 1180 environ, provenant de la chapelle Saint-Jacques à Gräpplang (Musée national suisse, IN-35). Seul témoin de la production verrière romane conservé en Suisse, la "Vierge de Flums" ornait au XII<SUP>e</SUP> siècle l'unique fenêtre du chœur de la chapelle.

Flums

Comm. SG, région Sarganserland (jusqu'en 2002 chef-lieu de l'ancien distr. de Sargans), la troisième du canton en superficie; couvrant la vallée de la Schils jusqu'à la frontière glaronaise, le flanc des Flumserberge, une partie de la plaine de la Seez et du flanc ouest de la chaîne de l'Alvier, elle comprend les trois communes bourgeoises (Ortsgemeinden) de F.-Dorf, Grossberg et Kleinberg. 765 Flumini. 1864 hab. en 1739, 2577 en 1850, 3567 en 1900, 4833 en 1950, 4474 en 1970, 4882 en 2000.

Des murs sous l'église Saint-Juste, des tessons (IIe-IIIe s. apr. J.-C.) et des monnaies témoignent d'un habitat romain; on a trouvé les traces d'une voie romaine au Heiligenbungert. Dans son testament (765), l'évêque de Coire Tello se réservait le quart du domaine de F. Le polyptyque rhétique (vers 850) mentionne à F. une église avec droit de baptême et des biens impériaux. En 881, Charles le Gros donna F. en Basse-Rhétie à l'évêque de Coire Ruodharius, en échange de biens en Alsace. Sifrid von F., au début du XIIIe s., est le premier administrateur épiscopal connu. Au bas Moyen Age, les évêques de Coire mirent en gage à plusieurs reprises la seigneurie de F. avec le château fort de Gräpplang. Celui-ci, mentionné dès 1249, acquis en 1528 par Ludwig Tschudi le Jeune pour 2400 florins et resté dans la famille Tschudi jusqu'en 1767, fut vendu en 1804 pour être démoli; ses ruines appartiennent à la commune depuis 1923.

<b>Flums</b><br>La Vierge à l'Enfant, vitrail de 1180 environ, provenant de la chapelle Saint-Jacques à Gräpplang (Musée national suisse, IN-35).<BR/>Seul témoin de la production verrière romane conservé en Suisse, la "Vierge de Flums" ornait au XII<SUP>e</SUP> siècle l'unique fenêtre du chœur de la chapelle.<BR/>
La Vierge à l'Enfant, vitrail de 1180 environ, provenant de la chapelle Saint-Jacques à Gräpplang (Musée national suisse, IN-35).
(...)

Avant la Réforme, F. comptait une prébende paroissiale et deux chapellenies; la collation appartenait à la seigneurie de Gräpplang. Martin Mannhart introduisit la Réforme en 1529. Un an plus tard, l'ancienne foi regagna la majorité sous le bailli Aegidius Tschudi. Berschis et Tscherlach se détachèrent en 1714 pour constituer une paroisse distincte. L'église Saint-Laurent (1861-1863) a succédé comme paroissiale à Saint-Juste, dont le chœur gothique tardif est bâti sur les fondations d'une église carolingienne. De la chapelle Saint-Jacques à Gräpplang (de style roman, avec des fresques de 1300 environ) provient le plus ancien vitrail roman de Suisse (vers 1180): une Madone à l'Enfant dans un cadre en plein cintre, au Musée national suisse depuis 1898.

En 1798, F. fut rattaché au district de Mels dans le canton de la Linth, puis au canton de Saint-Gall en 1803; les localités de Berschis et Tscherlach furent attribuées à la commune de Walenstadt. Des corporations d'usagers, créées en 1819, se partagèrent forêts et pâturages; les trois communes bourgeoises se constituèrent en 1832.

F. reste une commune agricole (élevage, production laitière, alpages). On y traita le minerai du Gonzen du XVe s. au début du XVIIIe; l'épuisement des forêts obligea ensuite à déplacer le haut fourneau à Plons (comm. Mels). Le raccordement à la voie ferrée Zurich-Coire (1859) et l'utilisation de la force hydraulique de la Schils favorisèrent dans la seconde moitié du XIXe s. l'essor économique et une industrialisation d'abord assez lente. En 1866, les frères Heinrich et Johann Spoerry fondèrent une filature de coton, qui reste au début du XXIe s. la principale usine de la commune. La maison Spoerry construisit en outre une fabrique de carbure devenue en 1969 Flumroc AG (fabrication de laine minérale). Au groupe Flumroc appartiennent à F. les sociétés Flumec (ancienne fabrique de machines de Flums AG, fondée en 1853 sous le nom de Hartmann) et Pamag. Au cours du XXe s., F. et les Flumserberge se sont ouvertes au tourisme (ski, randonnée), devenu au début du XXIe s. un secteur important à côté de l'agriculture, de l'industrie et des arts et métiers. L'école secondaire date de 1895 (école de F.-Berschis depuis 1900, centre scolaire de 1984).


Bibliographie
– A. Müller, Die Rechtsverhältnisse der Ortsgemeinden in Flums, 1916
– A. Müller, Geschichte der Herrschaft und Gemeinde Flums, 1, 1916
– J.J. Kubly-Müller, «Die Tschudi - Freiherren von Flums und Schloss Gräpplang», in JbGL, 42, 1920, 1-54
– H. Thalmann, Die Industrie im Sarganserland, 1943
MAH SG, 1, 1951, 27-85
– H. Schmied-Neukomm, «Le vitrail de Flums», in RSAA, 47, 1990, 213-234
– R. Gadient «Das Gewerbe in Flums um 1800-1945», in Terra plana, 2001, n° 4, 9-14

Auteur(e): Werner Vogler / ME