Wartau

Comm. SG, région de Werdenberg, dans le Rheintal entre Sargans et Sevelen, comprenant les villages de Trübbach, Azmoos, Malans, Oberschan, Gretschins, Fontnas et Weite, ainsi que les hameaux de Murris et Plattis. 1342 Wartow. 1214 hab. en 1809, 2097 en 1850, 3149 en 1900, 3316 en 1950, 4704 en 2000.

Vestiges mésolithiques, habitats du Néolithique et du Bronze, site d'offrandes incinérées de l'âge du Fer, trouvailles de l'époque romaine, domaine seigneurial du haut Moyen Age. Construit vers 1225 sur l'éminence isolée du Sankt Martinsberg (auj. Ochsenberg), le château fort de W. formait avec le domaine (Meierhof) de Gretschins le centre d'une seigneurie foncière dont relevaient les domaines de Fontnas et Murris, le bac du Schollberg et le patronage de Gretchins. Bien qu'elle ait été revendiquée après 1390, avec le domaine de Sevelen, par les comtes de Werdenberg-Sargans, elle échut à ceux de Werdenberg-Heiligenberg en 1399. Par vente ou héritage, elle changea plusieurs fois de mains, avant de revenir, avec le comté de Werdenberg, à Lucerne en 1485 et à Glaris en 1517. La haute juridiction appartint à ce comté au bas Moyen Age, puis au bailliage commun de Sargans (1483-1798). La république de W. exista quelques mois en 1802, puis la commune fut attribuée au nouveau canton de Saint-Gall (distr. de Sargans en 1803, de Werdenberg de 1831 à 2002).

L'église de Gretschins (mentionnée en 1273) fut dédiée à saint Maurice lors de sa troisième reconstruction en 1494. La paroisse embrassa la Réforme dans les années 1520 déjà (choix confirmé en 1542). Le bailli de Sargans tenta avec insistance de réintroduire la messe en 1694-1695, ce qui faillit déclencher une guerre de religion dans la Confédération (affaire de Wartau). Une église fut bâtie à Azmoos en 1736; la paroisse protestante d'Azmoos-Trübbach se constitua en 1743. Les catholiques de W. se dotèrent d'une église à Azmoos en 1892. Des Walser colonisèrent dès le XIVe s. le Matugerberg (auj. Walserberg) et l'alpe de Palfries; en 1827, W. dut accorder d'office le droit de cité à leurs descendants.

Au Moyen Age, W. était relié par le bac de Trübbach à Balzers sur la route impériale Feldkirch-Coire et par Matug à Sargans. En 1491-1492, les cantons firent aménager une route au pied du Schollberg en direction de Sargans, le long du Rhin. La commune dispose depuis 1858 de deux gares sur la ligne Saint-Gall-Coire (Trübbach et Weite) et depuis la fin des années 1960 d'un accès à l'autoroute A13. Un pont remplaça en 1872 le bac sur le Rhin. L'élevage prédominait avant 1800, grâce aux alpages. La correction du Rhin (dès 1862) et le creusement du canal intérieur de Werdenberg (1882-1886) permirent de mettre en valeur les terres fertiles de la plaine. Au commencement du XXIe s., l'économie alpestre et forestière jouait encore un rôle important. Une fabrique de tissu fut fondée en 1866 à Azmoos. D'autres emplois furent offerts par les ateliers de broderie à domicile (jusqu'à 200, surtout à Oberschan et Weite), les mines de fer du Gonzen, la construction et l'entretien des forteresses du Schollberg et de Magletsch ainsi que par une entreprise de technologie à Trübbach.


Bibliographie
– O. Peter, Wartau, 1960
– M. Graber, Die Burg Wartau, 2003
– M. Primas et al., Wartau - Ur- und frühgeschichtliche Siedlungen und Brandopferplatz im Alpenrheintal (Kanton Sankt Gallen, Schweiz), 2 vol., 2001-2004
– H. Gabathuler, «Haus und Herrschaft Wartau», in Werdenberger Jahrbuch, 19, 2006, 179-192

Auteur(e): La rédaction / PM