25/11/2011 | communication | PDF | imprimer

Sevelen

Comm. SG, région de Werdenberg, comprenant le village de S., les hameaux de Rans, Oberräfis, Sankt Ulrich, Välsli et Glaat au bord de la plaine du Rhin, ainsi que les fermes isolées du Sevelerberg sur le versant oriental de la chaîne de l'Alvier. 1208 Seuellun. 1593 hab. en 1831, 1585 en 1850, 1821 en 1900, 2254 en 1950, 4253 en 2000.

Des vestiges d'habitats de hauteur du Néolithique (civilisation de Horgen) et de l'âge du Bronze ont été découverts sur le Sevelerberg (Sonnenbühl, Geissberg, Dachsenboden). Des restes d'une voie romaine sont visibles entre Oberschan et S. Vers 1255, l'évêque de Coire Heinrich von Montfort fit construire le château fort de Herrenberg, sur le Storchenbühl, au sud-est de l'église; en 1304, celui-ci fut remis en gage aux comtes de Werdenberg-Heiligenberg, avec le domaine de S. Il n'en subsiste qu'un pan de mur. En 1517, S. passa avec le comté de Werdenberg à Glaris, dont les baillis détinrent la haute juridiction et le droit de collation jusqu'en 1798. Il existait probablement une église à Rans au IXe s. déjà. Un curé est mentionné en 1235; le droit de patronage était détenu par l'abbaye de Saint-Lucius de Coire. S. adopta la Réforme en 1528-1529. L'église gothique, chœur excepté, fut détruite lors de l'incendie du village en 1892. L'élevage du bétail et la production laitière prédominèrent jusqu'au XIXe s. (avec un peu d'élevage chevalin). Chanvre et lin fournissaient un revenu d'appoint. En 1803, la commune fut attribuée au canton de Saint-Gall (district de Sargans jusqu'en 1831, de Werdenberg jusqu'en 2002). S. est desservi par le chemin de fer depuis 1858. Le pont de bois sur le Rhin construit en 1870-1871 pour relier Vaduz existe toujours. L'essor de la broderie mécanique commença avec l'implantation des firmes Honegger & Hardegger en 1874, puis Lindsay, Thompson & Co. en 1887; la broderie à domicile était également répandue. Avec le brusque effondrement de cette industrie après 1921, S. connut le plus fort taux de chômage du canton en 1934-1936. Ce taux baissa après l'établissement de nouvelles industries (fabrique de lampes en 1933, draperie en 1936). En 2005, près de 60 % de la population active étaient occupés dans la production industrielle et artisanale. Depuis les années 1950, des améliorations foncières et des remaniements parcellaires ont entraîné le déplacement des dernières exploitations rurales dans la plaine du Rhin. L'élevage et la production laitière sont encore pratiqués sur le Sevelerberg (alpages à génisses et à vaches).


Bibliographie
– H.G. Sulzberger, Die Geschichte der Gemeinde Sevelen, 2 vol., 1978-1984, (éd. revue par U.F. Hagmann)
– W. Hagmann et al., «Sevelen», in Unser Rheintal, 1991, 125-151

Auteur(e): Johannes Vogel / LA