Sennwald

Comm. SG, région de Werdenberg, comprenant plusieurs villages: S., Frümsen et Sax au pied sud-est de l'Alpstein, Haag et Salez dans la plaine du Rhin. 820 in silvam vocatam Sennius, 1351 Sennwalt. 2877 hab. en 1850, 2816 en 1900, 2965 en 1950, 4484 en 2000.

Un dépôt de lames de hache du Bronze ancien découvert à Salez laisse supposer l'existence d'un gué sur le Rhin. La région, peuplée de Rhéto-romanches au haut Moyen Age, devint en 1193 la propriété des barons de Sax, qui vers 1200, y édifièrent sur une hauteur le château fort de Forstegg. En 1396, Eberhard von Sax acheta le domaine de S. aux comtes de Werdenberg. En 1499, durant la guerre de Souabe, les troupes impériales incendièrent S. En 1517, les cinq villages faisaient partie de la seigneurie de Sax-Forstegg, qui fut de 1615 à 1798 un bailliage de la ville de Zurich. Ils furent attribués au canton de la Linth en 1798, puis formèrent en 1803 une commune du canton de Saint-Gall (distr. de Werdenberg jusqu'en 2003). Le territoire comprend, outre la paroisse de Sax-Frümsen, celles de S. et de Salez-Haag, qui se détachèrent de Bendern en 1422 et 1514. Les Zurichois imposèrent la Réforme au XVIIe s. Depuis 1973, il existe à S. une paroisse catholique. Avant 1800, la population vivait de l'élevage de bovins, de moutons et de chevaux, mais aussi d'un important trafic commercial (soustes à Salez et S., bacs sur le Rhin reliant Salez à Ruggell et Haag à Bendern). Aux XVIIIe et XIXe s., Haag et Salez souffrirent des inondations du Rhin (correction du fleuve en 1862-1883). La route de Wildhaus à Haag fut construite en 1810 et celle de Buchs à S. en 1823. On édifia le premier pont sur le Rhin entre Haag et Bendern en 1867. Il existe depuis 1967 des entrées d'autoroute à Haag et S. L'agriculture a gagné des terres grâce à l'assainissement du marais du Saxerriet (1917-1928) et aux améliorations foncières réalisées entre 1972 et 1996. Le pénitencier du Saxerriet fut installé en 1925, l'école cantonale d'agriculture du Rheinhof en 1977. Un projet de raffinerie pétrolière ne fut pas réalisé. Le premier sentier géologique de Suisse fut aménagé dans la commune en 1971. L'industrie textile prédomina de 1880 à 1970, puis une diversification intervint avec diverses entreprises de haute technologie (centre d'impression Sopag, fabrique de valves VAT, usinage de métaux Koenig). S. abrite le siège du plus important constructeur de systèmes de chauffage en Suisse, Pyropac AG (un des principaux employeurs du Rheintal saint-gallois en 2011). En 2005, on recensait 2895 emplois dans la commune, dont près de 57% dans le secteur secondaire.


Bibliographie
– R. Aebi, Heimatkunde Sennwald, [1983]
– H.-J. Reich, «Sennwald», in Hansruedi Rohrers Fotoarchiv Werdenberg 1890-2000, 2009, 228-269

Auteur(e): Wolfgang Göldi / VL