30/03/2012 | communication | PDF | imprimer | 

Rüthi (SG)

Comm. SG, région du Rheintal, comprenant les villages de R. et de Büchel, le hameau de Hirschensprung et la partie méridionale de celui de Rehag, ainsi que Kobelwald de 1798 à 1831 (ensuite comm. Oberriet) et Lienz de 1803 à 1831 (ensuite comm. Sennwald, Altstätten en 1883). 820 Reuti (incertain), vers 1160 Ruti, jusqu'en 1994 Rüthi (Rheintal). 1438 hab. en 1837, 1500 en 1850, 1193 en 1900, 1570 en 1950, 1967 en 2000.

Deux tombes néolithiques avec des outils en silex furent découvertes en 1905 au Hirschensprung. Le domaine de R. appartint au plus tard dès le XIIe s. à l'abbaye de Pfäfers, qui acheta la basse justice en 1392 aux comtes de Werdenberg-Heiligenberg et fit rédiger un coutumier en 1484. A cette époque, R. et Plona relevaient au spirituel de Rankweil, et Lienz d'Altenstadt près de Feldkirch. Passé à la Réforme en 1529 sous l'abbé Johann Jakob Russinger, R. revint au catholicisme en 1532 déjà. A la suite de litiges avec les cantons confédérés, détenteurs depuis 1490 du bailliage du Rheinthal, dont R. faisait partie, Pfäfers vendit en 1538 les cens, la dîme, la juridiction et le droit de patronage aux gens de R. En même temps, la chapelle Saint-Valentin (mentionnée dès 1287) reçut le statut d'église paroissiale, dont dépendaient au début du XXIe s. les chapelles de Lienz, Plona et Hirschensprung. En 1803, R. fut rattaché au canton de Saint-Gall nouvellement créé et fit partie du district d'Oberrheintal jusqu'en 2002. Jusqu'au XXe s., la céréaliculture et surtout la production laitière (herbages et exploitation des alpages communaux) prédominaient; la viticulture demeura marginale. La commune bourgeoise, qui fut responsable jusqu'en 1900 de l'assistance publique, reste le plus gros propriétaire foncier. La broderie (à domicile, surtout) commença à se développer dans les années 1870. Le feu ravagea Büchel en 1887 et R. en 1890. Une gare fut ouverte en 1858. La régulation du Rhin, financée par la Confédération et le canton (1892-1923), mit fin aux inondations, devenues fréquentes dans la seconde moitié du XIXe siècle. Dès les années 1960, le village agricole de R. se mua en une localité vouée à l'artisanat et à l'industrie (fabrique de batteries). Le secteur secondaire fournissait 72% des emplois en 2005.


Bibliographie
– A. Kobler, Pfarrei und Kirche des heiligen Valentin in Rüthi, 1938
– A. Kobler, Rüthi Sankt Gallen, 1976
Rüthi im Sankt Galler Rheintal, 1988

Auteur(e): Johannes Vogel / MK