24/08/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Oberriet (SG)

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. SG, région du Rheintal, comprenant les comm. bourgeoises d'O., Eichenwies, Montlingen et Kriessern dans la plaine du Rhin, ainsi que celle de Holzrhode dans la zone montagneuse du Kamor (village de Kobelwald, hameaux de Freienbach, Kobelwies et Hard). La commune correspond à l'ancien domaine impérial de Kriessern, moins Mäder (Vorarlberg) et Diepoldsau. 891 Cobolo, vers 1290 Chobilwalt, 1417 Oberriet. 2596 hab. en 1798, 3909 en 1850, 4277 en 1900, 5582 en 1950, 7454 en 2000. Vestiges d'habitats au Montlingerberg (époque préhistorique) et au nord d'O. (période romaine), où quelque 1700 monnaies d'argent ont été enfouies en 271 apr. J.-C. Le château fort de Blatten fut érigé après 1250 et la première mention de la forteresse rupestre de Wichenstein date de 1270. Offert à l'abbaye de Saint-Gall par l'empereur Henri VII en 1229, le domaine de Kriessern fut repris en 1274 par l'empereur Rodolphe Ier et remis en gage en 1279 aux seigneurs de Ramschwag. Ceux-ci le divisèrent vers 1400 en deux parties, acquises en 1486 et 1511 par l'abbaye de Saint-Gall, qui installa un bailli au château de Blatten (jusqu'en 1798). Dès 1490, la haute justice releva du bailliage commun du Rheintal, avec une participation de la principauté abbatiale. Le village d'O. se trouvait au croisement des routes menant à Au (SG), à Altstätten, au Hirschensprung et au bac de Blatten; il devint aux XVIe-XVIIIe s. le centre de la commune (manoir de Burg, 1539). Les noyaux originels, Buck-Oberdorf, Kirchdorf et Eichenwies, s'allongeaient irrégulièrement à la lisière occidentale des terres alluviales du Rhin. Les rhodes (communes bourgeoises) se partagèrent le marais de l'Isenriet en 1771, puis le reste des communaux, forêts et alpages en 1792. O. refusa de prêter le serment civique, mais y fut contraint en 1798 par des troupes de la République helvétique. La commune fut instituée en 1803; Kobelwald appartint à Rüthi de 1803 à 1835.

A la Réforme, O. resta catholique, sous le curé Diepolt Huter. Après la construction de l'église Saint-Sébastien à Kobelwald, Holzrhode se détacha de la paroisse de Montlingen (1801). O. fit de même en 1808; l'église Sainte-Marguerite fut bâtie en 1810.

La route cantonale fut construite en 1825-1828 à l'ouest de l'habitat, en remplacement du vieux chemin sinuant à l'est. Dès lors, O. représenta le prototype du village-rue en pleine densification. De violents incendies détruisirent vingt et un bâtiments dans le haut du village d'O. en 1889 et septante et un édifices dans le village voisin de Rüthi et dans la localité de Moos en 1890. Jusqu'au XIXe s., la céréaliculture et l'élevage prédominaient, favorisés par les terrains alluviaux fertiles; le village d'O. abritait quelques artisans et transporteurs; dans le Banriet et l'Isenriet, on exploitait des prairies à litière et des tourbières. De grands travaux touchèrent le territoire communal: voie ferrée (1858), correction du Rhin (1862-1883), ponts d'O. (1872), Kriessern (1875) et Montlingen (1883), canal intérieur du Rheintal bordé de centrales électriques (1895-1906), amélioration foncière de la plaine du Rhin (1941-1955), autoroute A13 (1963). La tuilerie de Zäch fut exploitée de 1836 à 1970. La broderie mécanique prédomina entre 1870 et 1920; un nouvel essor économique se dessina après 1960. L'atelier de broderie fondé en 1875 par la commune bourgeoise d'O. pour créer des emplois resta en activité jusqu'en 1905 et constitue une entreprise unique en son genre. En 1923, Josef Jansen utilisa les locaux pour la fabrication de tubes de précision en acier; sa firme (auj. Jansen SA) devint la première de la commune et prit une envergure internationale. Depuis 1979, l'ancienne usine abrite l'institut Saint-Charles-Borromée de la fraternité sacerdotale Saint-Pie X. En 2005, le secteur secondaire fournissait 53% des emplois. De nombreux habitants travaillaient à l'extérieur de la commune (dont environ 600, soit 30%, à Altstätten, selon les données de 2000).


Fonds d'archives
– Musée Rothus, Oberriet
Bibliographie
– J. Hardegger, H. Wartmann, Der Hof Kriessern, 1878
– W. Langenegger, Geschichte des Reichshofes Kriessern, 1979
– M. Kaiser, Ortsbildinventar der Gemeinde Oberriet, ms., 1981 (service des monuments hist. de Saint-Gall)

Auteur(e): Markus Kaiser / FP