Schwerzenbach

Comm. ZH, distr. d'Uster, à l'extrémité nord du Greifensee. 1064 Swerzenbach (probable copie des Acta Murensia). 221 hab. en 1836, 218 en 1850, 201 en 1900, 389 en 1950, 2665 en 1970, 4256 en 2000. Quelques objets isolés de l'âge du Bronze ne permettent pas de conclure à la présence d'un habitat. La découverte d'un trésor monétaire romain en 1895 est si mal documentée qu'elle est remise en doute. L'abbaye d'Einsiedeln figure parmi les détenteurs de biens et droits à S. Le village faisait partie de la seigneurie de Greifensee, qui relevait des comtes de Rapperswil et que la comtesse Elisabeth remit en gage aux seigneurs de Landenberg. En 1402, le gage tomba aux mains de la ville de Zurich. Appartenant jusqu'en 1798 au bailliage zurichois de Greifensee, S. fut ensuite attribué au district d'Uster. A côté de l'église, mentionnée dès 1275, devait se trouver la tombe d'un saint local, Einhard, dont Johannes Klarer dit Schnegg (décès1535), curé du lieu, a relaté les miracles, accomplis à S. vers 1188. L'église fut dévastée lors de la guerre de Zurich en 1444. Le patronage appartenait à l'abbaye d'Einsiedeln, qui le conserva après la Réforme (jusqu'en 1834). En 1529, l'exécution sur le bûcher de Jakob Kaiser, prédicateur protestant à S. et à Kaltbrunn, condamné par les autorités de Schwytz, déclencha la première guerre de Kappel. A l'époque moderne, l'économie du village était essentiellement agricole, avec l'appoint, au XVIIIe s., du filage et du tissage à domicile. L'industrialisation resta modeste au XIXe s., par manque d'énergie hydraulique, malgré la gare inaugurée en 1856; S. accueillit seulement une manufacture de soieries. La construction de logements explosa dans les années 1960 et 1970, entraînant une augmentation spectaculaire de la population. Le centre du village se déplaça de l'église vers la gare, en direction de Volketswil. Ce phénomène s'accompagna d'un essor économique et de la création d'environ 3000 emplois entre 1960 et 2005, d'abord dans l'industrie, puis dans les services. Au début du XXIe s., le nombre d'emplois (34% dans le secteur secondaire, 63% dans le tertiaire en 2005) surpassait l'effectif de la population active.


Bibliographie
– B. Frei, Schwerzenbach, 2004

Auteur(e): Rainer Hugener / LA