11/05/2012 | communication | PDF | imprimer

Rheineck

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. SG, région de Rorschach, sur la rive gauche du Vieux-Rhin, à la frontière autrichienne, à env. 4 km au sud du lac de Constance. Centre régional du Vorderland appenzellois et de l'Unterrheintal. Coincé entre les contreforts du Vorderland et le Rhin, R. a joui pendant des siècles d'une grande importance stratégique. Vers 1163 castellum Rinegge, 1218 Rinegg (selon une copie de document). Des recherches récentes ont montré que l'Ad Rhenum de la Table de Peutinger n'était sans doute pas R., mais Sankt Margarethen. 548 hab. en 1634, 1177 en 1850, 2094 en 1900, 2600 en 1950, 3275 en 1970, 3231 en 2000.

A l'époque carolingienne, R. faisait partie du domaine impérial de Thal. Vers 1163, l'évêque de Constance remit ce domaine en fief au comte Rodolphe von Pfullendorf, à qui il vendit le castellum Rinegge (peut-être le château d'Alt-R., auj. en ruine). En 1208, l'abbé de Saint-Gall et l'évêque de Constance se disputèrent le domaine de Thal, qui avait pris le nom de bailliage de R. et devint bailliage d'Empire en 1209. La charge de bailli fut exercée temporairement par les seigneurs de R. (mentionnés entre 1169 et 1365), ministériaux de l'évêque de Constance et de l'abbé de Saint-Gall. Le château fort de Neu-R. fut édifié au XIIIe s. (il sera détruit en 1445 et ses vestiges rasés en 1747). Des murailles reliaient les deux châteaux à la petite cité qui ne comprenait que deux rangées de maisons et disposait de trois portes. Les privilèges confirmés en 1276 par l'empereur Rodolphe Ier favorisèrent le développement de la ville. Sont attestés un bac pour Gaissau en 1291, un amman en 1312, un marché hebdomadaire en 1340, un maître d'école en 1424; l'hôtel de ville fut bâti en 1553-1555. En 1309, la ville fut donnée en gage au comte Hugo III von Werdenberg-Heiligenberg, puis conquise en 1395 par Léopold III d'Autriche, avant de passer sous différents maîtres à l'époque des guerres d'Appenzell et de Zurich. Après leur victoire de Wolfhalden sur les Habsbourg (1445), les Appenzellois la détruisirent et la placèrent sous leur domination avec le bailliage du Rheintal, qui leur fut acquis 1445 et 1460. Après le sac du couvent de Rorschach (1489), le Rheintal devint un bailliage commun, dont R. fut le chef-lieu (1490-1798). La haute justice fut rendue d'abord près de la route de Thal et, dès 1544, à Buriet au bord du Rhin. R. fit partie du district d'Unterrheintal dans le canton du Säntis sous la République helvétique (1798-1803), puis fut rattaché au nouveau canton de Saint-Gall (distr. du Rheintal de 1803 à 1831 et de l'Unterrheintal de 1831 à 2002). Entre 1831 et 1861, les séances du tribunal de district et les assemblées de district eurent lieu en alternance à R. et Berneck.

Au spirituel, R. fit partie de Thal; une chapelle Saint-Jacques est mentionnée en 1433. A la Réforme, la ville adopta majoritairement la foi nouvelle. La paroisse protestante, fondée en 1716, se sépara définitivement de Thal en 1809. L'église Saint-Jacques, bâtie au début du XVIe s. et baroquisée en 1722, servit aux deux confessions jusqu'à la construction en 1932-1933 de l'église Sainte-Thérèse, pour la paroisse catholique nouvellement fondée. Une communauté israélite, qui comptait entre quinze et vingt-cinq personnes en 1608 et entre soixante-cinq et nonante en 1631, exista de 1550 environ à 1634, sous la protection du bailli. Aucune synagogue ne semble avoir été construite, mais la présence d'un rabbin et maître d'école est attestée au plus tard en 1632. En 1608 déjà, les V cantons catholiques demandèrent la dissolution de cette communauté, dont la population augmenta considérablement avec l'arrivée d'immigrants du landgraviat de Stühlingen en 1632. En 1634, les juifs durent partir et furent en partie accueillis au sein de la communauté israélite de Hohenems, dans le Vorarlberg.

En 1498, R. fut séparé de Thal, mais le partage des communaux de Buriet ne survint qu'en 1770. Entre le XVIe et le XIXe s., la plupart des terres situées sur les pentes dominant R. appartenaient à des marchands de Saint-Gall. On y cultiva la vigne jusque vers la fin du XIXe s. Dès le Moyen Age, la ville, qui percevait des péages et des droits d'étape, vécut surtout du commerce de transit. Réceptionnant en moyenne 600 trains de flottage par année, elle fut jusqu'au milieu du XIXe s. la plus importante place de transbordement pour les marchandises en provenance de Coire. Elle voyait passer les céréales et le sel arrivant par le lac de Constance à destination d'Appenzell et du Rheintal, ainsi que les matières premières (étoupe) destinées à la production de toiles. Au XVIIIe s., le commerce textile avec l'Italie lui valut une période de prospérité dont témoigne le Löwenhof, maison de maître que le marchand Johannes Heer fit construire entre 1742 et 1746. Entre 1826 et 1829, Sebastian Heer et J.C. Dalwig montèrent, en collaboration avec des mécaniciens anglais, la première fabrique de machines à tisser en Suisse. A cause du manque d'eau, Heer dut déplacer dans le Vorarlberg l'atelier de tissage mécanique qui y était joint. En 1831, fut fondée la fabrique de gaze de soie de Thal-R., qui, sous le nom de Sefar AG, fabriquait en 2009 des tissus synthétiques de précision. Les deux banques Custer, fondées au XIXe s., firent faillite, l'une dans les années 1860, l'autre dans les années 1930.

Au XIXe s., l'ensablement croissant du Rhin et l'ouverture du tronçon ferroviaire Rorschach-Coire, en 1858, condamnèrent les activités liées aux transports traditionnels. En revanche, entre 1870 et 1940, l'exploitation du gravier acquit une certaine importance. Par peur de pertes économiques, R. s'opposa au détournement du cours du Rhin. Celui-ci fut néanmoins réalisé en 1900 (canal de Fussach); il mit la région à l'abri des inondations. La commune, désormais située sur le Vieux-Rhin, milita pour le maintien du trafic naval avec le lac de Constance. Dans les années 1920 et 1930, elle devint l'une des destinations préférées des vapeurs naviguant sur ce lac. Des années 1860 aux années 1970, l'industrie de la broderie et de la soie offrit de nombreux emplois (école de broderie de 1899 à 1925). L'école cantonale d'agriculture du Custerhof, ouverte en 1896, fut transformée en 1977 en une école ménagère agricole (intégrée en 2004 au centre cantonal de formation professionnelle). On mit sur pied des services de diligence pour Heiden en 1860, pour Thal en 1869 et pour Walzenhausen en 1871. La voie ferrée R.-Walzenhausen fonctionna dès 1896. Un pont sur le Rhin remplaça les bacs en 1874. La commune fut raccordée à l'A1 en 1964. Au début du XXIe s., elle était reliée par des voitures postales à Heiden, Thal, Rorschach et Bregenz. Avec une proportion de 63% de navetteurs entrants et de 66% de navetteurs sortants, en 2000, elle souffrait d'un intense trafic de transit.


Fonds d'archives
– Historisches Archiv der Stadt Rheineck, StASG
Bibliographie
– G. Niederer, Entstehung und Geschichte der Gemeinde Rheineck, 2 vol., 1975
Unser Rheintal, 46, 1989, 114-152
– K.H. Burmeister, «Die jüdische Landgemeinde in Rheineck im 17. Jahrhundert», in Landjudentum im süddeutsch- und Bodenseeraum, 1992, 22-37
Documentation IVS SG, 5

Auteur(e): Peter Müller, Markus Kaiser / OME