30/12/2002 | communication | PDF | imprimer

Balgach

Comm. SG, distr. d'Unterrheintal, comprenant, outre le village de B. (890/891 Palgaa) au pied des collines appenzelloises, sur la route St. Margrethen-Altstätten, une partie de Heerbrugg. 1435 hab. en 1850, 1733 en 1900, 2200 en 1910, 2644 en 1950, 3538 en 1990. La mention la plus ancienne de B. concerne les forêts du domaine royal. Les nobles de B., cités en 1166 et 1210, sont peut-être des ancêtres des Grünenstein, mentionnés dès 1270, qui prirent le nom du château fort qu'ils avaient érigé. En 1781, l'ancienne forteresse fut rasée à l'exception du donjon (XIIIe s.), et l'actuel château de Grünenstein, emblême de B., fut reconstruit dans le style baroque. En 1347, les barons de Sax remirent leur avouerie sur le domaine de B. au couvent de femmes de Lindau, qui la vendit à la principauté abbatiale de Saint-Gall en 1510. L'amman de l'abbé à Altstätten présidait la basse justice. B. fit partie du bailliage du Rheintal jusqu'en 1798. La commune de B. vit le jour en 1803 dans le canton de Saint-Gall nouvellement constitué; la commune bourgeoise fut fondée en 1826. L'existence d'une chapelle appartenant à la paroisse de Marbach est attestée en 1419. En 1521, B. fut érigé en paroisse. Presque tous les habitants embrassèrent la réforme en 1528, mais une partie d'entre eux revint à l'ancienne foi au bout de trois ans. L'église servit aux deux cultes jusqu'en 1826 (création de la paroisse catholique, qui construisit une église). Le patronage appartenait au prince-abbé de Saint-Gall. Les catholiques de Heerbrugg se détachèrent de B. en 1938.

A côté de la céréaliculture, la viticulture se développa sur les coteaux, notamment aux XVe et XVIe s., de même que l'élevage, dans les zones marécageuses de la plaine rhénane (prairies à litière et pâturages entremêlés de forêts) et en altitude. Dans la seconde moitié du XXe s., le nombre de producteurs laitiers diminua fortement (48 en 1958, 16 en 1990); en revanche, la viticulture connut un nouvel essor (20 ha en 1990). Les bains de B. furent exploités jusqu'au XIXe s. Vers la fin du XIXe s., B. devint le centre de la broderie, à domicile et en fabrique, de l'Unterrheintal, ce qui entraîna vers 1900 un rapide accroissement de la population. Dans le sillage de Heerbrugg qui, à l'inverse de B., avait une gare sur la ligne de chemin de fer ouverte en 1858, B. se transforma au XXe s. en une commune industrielle (Leica SA). En 1990, 76% des salariés travaillaient dans le secteur secondaire. B. possède des monuments d'importance régionale, voire nationale (ancien hôtel de ville de 1566, siège du musée local).


Bibliographie
– J. Boesch, Der Hof Balgach - Die Gemeinde Balgach, 1968
– E. Metzler et al., «Balgach - Rheintalerdorf mit besonderen Kostbarkeiten», in Unser Rheintal, 50, 1993, 195-243

Auteur(e): Johannes Vogel / FS