11/05/2004 | communication | PDF | imprimer | 

Berg (SG)

Comm. SG, distr. de Rorschach, sur la route Saint-Gall-Arbon, non loin de la rive sud-ouest du lac de Constance. La distinction entre Oberberg et Unterberg remonte au Moyen Age. 796 ad Berga; 837 in villa nominata Perc. 461 hab. en 1685, 528 en 1850, 454 en 1880, 497 en 1900, 510 en 1950, 846 en 2000. Les hameaux et fermes dispersés furent incorporés à la seigneurie abbatiale de Saint-Gall au IXe s. (mayorie mentionnée en 854) et les frontières avec l'évêque de Constance fixées en 854 et 901. B. avait probablement une chapelle au IXe s. déjà (892 oratoriolum in Berge). Au bas Moyen Age, B. était une des cures les plus rémunératrices de la principauté abbatiale. La paroisse, un temps ralliée à la Réforme (1528-1532), comprenait Freidorf, Erchenwil, Lömmenschwil (comm. Häggenschwil) et Häggenschwil (jusqu'en 1728). L'église paroissiale Saint-Michel date de 1777. Depuis 1870, les protestants font partie de la paroisse de Roggwil (TG). Les manoirs de Rappen, Pfauenmoos, Grosser Hahnberg et Kleiner Hahnberg appartenaient à de riches bourgeois protestants de Saint-Gall. Sous l'administration abbatiale, B. formait une capitainerie dans le bailliage du Landshofmeister. A la suppression de l'abbaye, en 1803, B. et Tübach furent attribués à la commune de Steinach, mais ils s'en séparèrent en 1832 pour former la commune de B. (dont Tübach se détacha en 1845). Les biens communaux de B. se résumaient à une partie de la maladrerie de Bruggen et à un petit capital destiné aux écoles et aux pauvres (maison des pauvres de 1889 à 1967). La fortune de la commune bourgeoise est toujours restée modeste. Vers 1800, B. vivait de la terre (agriculture, élevage, fruits, vignes, lin) et de l'industrie à domicile (tissage, filage); vers 1900, les activités étaient l'élevage, la vigne, la culture fruitière et la broderie. Une première école fut construite en 1650 déjà, et une école privée en 1737. Des coopératives laitières furent créées en 1874 et 1888, la caisse Raiffeisen de B.-Freidorf en 1910. Malgré un essor de la construction de plus de vingt ans, à partir des années 1960, B. a gardé son caractère rural (le secteur primaire offrait 31% des emplois en 1990). La station de Roggwil-B. sur la ligne Romanshorn-Saint-Gall ouvrit en 1910.


Bibliographie
Berg, 1974
– A. Edelmann, éd., 75 Jahre Raiffeisenbank Berg-Freidorf 1910-1985, 1985

Auteur(e): Peter Müller / UG