No 6

Bridel, Gustave

naissance 26.10.1827 à Bienne, décès 3.12.1884 à Berne, prot., de Bienne. Fils de Vincent-Henry-Albert, fabricant d'indiennes, et de Julie-Louise Neuhaus, de Bienne. ∞ Marie-Louise Carrel, fille d'Abraham-Louis, notaire à Yverdon. Orphelin, B. fut élevé par son oncle Henri-François-Louis Verdan, copropriétaire de la fabrique d'indiennes Verdan. A Paris, il reçut une formation d'ingénieur mécanicien à l'Ecole centrale des arts et des manufactures. Il travailla dès 1847 pour les chemins de fer de l'Est, puis pour une entreprise du bâtiment à Paris, où il construisit en 1855 le palais de l'Industrie. De retour en Suisse, il créa une entreprise de construction de ponts à Yverdon (il sera l'auteur, par exemple, du viaduc de Vallorbe en 1869). Dès 1868, il participa à la première correction des eaux du Jura. Chargé en 1873 de reprendre le chantier des chemins de fer du Jura bernois, il resta dans la direction de la compagnie jusqu'en 1879, année où il fut appelé à la tête de la ligne du Gothard, en crise, pour en achever la construction. En 1883-1884, il dirigea à Berne le chemin de fer Berne-Jura-Lucerne. B. fut l'un des principaux constructeurs ferroviaires suisses.


Bibliographie
– E. Mathys, Männer der Schiene, 1947 (21955)
– G. Bridel, «Ingenieur Gustave Bridel (1827-1884)», in BZGH, 1952, 55-71
– Junker, Bern, 2
– G. Bridel, «Gustave Bridel», in Sechs Schweizer Alpenbahningenieure, 2001, 55-68

Auteur(e): Christoph Zürcher / WW