17/12/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Maur

Comm. ZH, distr. d'Uster, sur la rive sud-ouest du Greifensee et comprenant depuis 1927, outre M., les anciennes comm. civiles (Zivilgemeinden) d'Aesch (Forch), Binz, Ebmatingen et Uessikon. 874/887 de Mure. 1623 hab. en 1798, 2133 en 1836, 1965 en 1850, 1513 en 1900, 1421 en 1910, 1577 en 1950, 3943 en 1970, 8677 en 2000.

Des sites littoraux néolithiques (civilisations de Pfyn et de Horgen) et du Bronze final ont été découverts sur le Greifensee (débarcadère, Weierwiesen, Uessikon). Le Maurholz abritait un tumulus hallstattien. L'église de M. est construite sur des vestiges de murs gallo-romains. Des tombes du haut Moyen Age ont été reconnues sur l'Eggenberg (en dessous d'Aesch) et sous l'église actuelle. La localité est nommée pour la première fois dans le rotulus du Grossmünster de Zurich, vers 876/888. Peu après, le droit de patronage sur l'église et la basse juridiction passèrent à l'abbaye du Fraumünster, qui en confia l'administration à un mayor local (établi dès le XIIIe s. au château de M.). L'église actuelle, construite de 1507 à 1512 (avec une tour rénovée dans le style néogothique au XIXe s.), a été précédée par une église romane (des environs de 1200) et deux églises du haut Moyen Age (VIIe et IXe/Xe s.). La seigneurie justicière de M., succédant à la mayorie du couvent, subsista au sein du bailliage de Greifensee et, de 1424 à 1629/1652, resta sans interruption aux mains de la famille Aeppli. En 1775, le dernier seigneur justicier, l'artiste et éditeur David Herrliberger, vendit la seigneurie à la ville de Zurich. Le château passa alors en mains privées et des transformations au XIXe s. lui donnèrent son aspect actuel. Depuis sa restauration complète en 1974-1975, il abrite le musée local et la quasi-totalité de la collection Herrliberger. En 1798, M. était l'une des communes les plus densément peuplées du canton de Zurich. Plus de trois cinquièmes de la population trouvaient dans l'industrie textile à domicile leur principale source de revenu. La population connut une forte croissance durant le premier tiers du XIXe s., puis l'échec de la mécanisation de l'industrie textile provoqua une nette régression qui fit sentir ses effets jusqu'à la Première Guerre mondiale. Localité autrefois fortement industrielle, M. devint ainsi une sorte d'îlot rural entre la ville de Zurich et l'Oberland industrialisé. La croissance démographique ne reprit que dans les années 1950 par l'intégration dans l'agglomération zurichoise. L'arrivée de nouveaux habitants apporta une rapide amélioration des finances de la commune, qui jusqu'en 1958 recevait une compensation cantonale. L'économie de M. est aujourd'hui fortement tournée vers l'extérieur: en 2000, on comptait 1879 personnes travaillant dans la commune, tandis que les pendulaires se rendant quotidiennement à Zurich, la plupart en voiture, représentaient les trois quarts de la population active.


Bibliographie
MAH ZH, 3, 1978
– F. Aeppli, Geschichte der Gemeinde Maur, 1979
Die ersten Bauern, cat. expo. Zurich, 1, 1990, 177-189

Auteur(e): Felix Aeppli / LA