Hindouisme

L'hindouisme est un conglomérat de religions qui se réclament des Veda, les anciens textes sacrés indiens. La plupart de ces religions présentent des traits communs: la vénération des Veda, la croyance en Dieu, le respect du système des castes, la confiance en un maître spirituel, la croyance en la réincarnation et l'importance accordée au rituel. En Suisse, il existe une minorité religieuse hindouiste, depuis les années 1980, parmi les immigrés du Sri Lanka, d'Inde, du Népal et de Bali. La plus importante communauté est celle des Tamouls hindouistes, au nombre d'environ 30 000 (2001), qui pratiquent leur religion surtout en privé. Des temples ont été érigés dans les années 1990 dans les trois régions linguistiques (à Adliswil, Muttenz, Lugano, Genève); ils sont dédiés entre autres à Ganesh ou Murukan-Subramanyam. Les fêtes hindouistes ont lieu en été et attirent jusqu'à 3000 fidèles. Les Tamouls hindouistes vénèrent les images saintes et fréquentent volontiers les lieux de pèlerinage chrétiens, surtout Einsiedeln, Mariastein (comm. Metzerlen-Mariastein) et Madonna del Sasso (comm. Orselina). A côté des Tamouls, les Indiens ont également constitué des communautés en Suisse romande et alémanique, au sein desquelles ils pratiquent activement leur religion.

Dès les années 1920, divers aspects de l'hindouisme (karma, réincarnation, yoga, Vedanta, tantra) passèrent dans la doctrine ou la pratique de groupes dits "néohindouistes". Romain Rolland contribua à ce mouvement par ses biographies du mystique Ramakrishna (1836-1886) et de son élève Vivekananda (1862-1902), ouvrages écrits en 1929 et 1930 et traduits en allemand. Plusieurs écoles de yoga furent ouvertes en Suisse dès les années 1920 et réunies en 1997 dans la Fédération suisse de yoga. Le Divine Light Zentrum, fondé à Winterthour par le moine indien Swami Omkarananda en 1965 et dont la spiritualité est proche du yoga, comptait en 2001 une centaine de membres en Allemagne, Autriche et Suisse. Le mouvement Hare-Krishna (ISKCON, soit International Society for Krishna Consciousness), fondé en 1972, a des temples à Zurich et Lugano; il se consacre à l'étude et à la diffusion des Veda. En 2000, il comptait en Suisse environ 250 membres actifs et 1500 sympathisants. Parmi les autres groupes néohindouistes se réclamant d'un gourou, citons Ananda Marga (depuis 1972), le mouvement Brahma-Kumaris (depuis 1980), le mouvement Osho-Rajneesh ou Bhagwan-Rajneesh (depuis 1974) et l'organisation Sathya Sai (depuis 1980). La pensée hindouiste et ses techniques de méditation ont aussi trouvé un écho, surtout depuis les années 1960, en dehors des groupes néohindouistes.


Bibliographie
– O. Eggenberger, Die Kirchen, Sondergruppen und religiösen Vereinigungen, 61994, 247-278
– C. MacDowell, A Tamil Asylum Diaspora, 1996
– M. Baumann et al., éd., Tempel und Tamilen in zweiter Heimat, 2003

Auteur(e): Marianna Kropf / ME