19/02/2014 | communication | PDF | imprimer

Tauredunum

En 563 apr. J.-C., une montagne de ce nom s'écroule sur le territoire du Valais. Selon Grégoire de Tours (Hist. IV, 31), le T. tombe dans un défilé, écrase un castrum et fait obstacle au Rhône; un lac se forme. Le barrage finit par céder et l'eau, en se déversant dans le Léman, provoque une vague qui frappe Genève. Si l'on adopte cette version, l'éboulement devrait être localisé dans un défilé, soit en amont de Saint-Maurice. Le fait n'est pas croyable, car l'abbaye d'Agaune aurait été alors détruite, ce qui ne fut pas le cas. La découverte en 1861 à faible profondeur d'une tombe accompagnée d'objets celtiques confirme que la région située en amont de l'abbaye n'a pas subi cet éboulement. Il faut donc suivre Marius d'Avenches et sa chronique pour l'année 563, pour qui la montagne s'abîme simultanément sur un castrum et dans le Léman; sa chute provoque un raz de marée jusqu'à Genève. Le site se trouverait alors au Grammont.


Bibliographie
– P.E. Martin, La Suisse à l'époque mérovingienne, 1910, 125-137
– J.-B. Bertrand, D. Fournier, «Encore le Tauredunum: un serpent de mer valaisan», in Ann. val., 1936, 1-38
– G. Reymond, Prodiges, loups et chroniqueurs, 1981, 389-519
– K. Kremer et al., «Giant Lake Geneva tsunami in AD 563», in Nature Geoscience, 5, 2012, 756-757.

Auteur(e): Justin Favrod