11/05/2011 | communication | PDF | imprimer

Sankt Antönien

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. GR, cercle de Luzein, distr. de Prättigau/Davos, née de la fusion des comm. de S. Castels et S. Rüti en 1979. L'ancienne commune de Sankt Antönien Ascharina fait partie de S. depuis 2007. Habitat dispersé avec noyau villageois à Platz. 1451 Sant Anthonyen. 224 hab. en 1850, 255 en 1900, 284 en 1950, 190 en 1990, 230 en 2000. Au bas Moyen Age, le prieuré de Saint-Jacques à Klosters et les comtes de Montfort possédaient des biens fonciers à S. Les droits de souveraineté furent détenus jusqu'en 1649 par la seigneurie autrichienne de Castels. La communauté (Nachbarschaft) de Castels forma une partie de la haute juridiction de Castels et Rüti une partie de celle de Klosters; le ruisseau du Schanielabach marquait la limite entre les deux au XIVe s. déjà. A la même époque, des Walser émigrèrent de la région de Davos-Klosters; jusqu'au milieu du XVIIIe s., ils fondèrent des habitats permanents à Gafien et à Partnun. Les habitants de la vallée relevaient de l'église Saint-Antoine (milieu du XIVe s., reconstruction et surélévation du clocher en 1493), qui dépendit jusqu'à la Réforme (1524) de la paroisse de Jenaz. S. vivait de l'élevage (cinq alpages corporatifs) et disposait d'un important marché à Castels (marchandises et bétail). Les défrichements des Walser et l'exploitation des mines de Gafien (Sankt Anton, XVIe s.) sont à l'origine de déboisements et de graves dégâts dus aux avalanches. Le plus grand ouvrage anti-avalanches de Suisse fut d'ailleurs bâti au Chüenihorn (1935-1977). La construction de la route Küblis-S. (1895-1899, réaménagement 1971-1987) et le service de car postal (actif toute l'année dès 1953) favorisèrent le tourisme (en particulier les excursions journalières autour de Partnun), qui offrait près du tiers des emplois de S. au début du XXIe s.


Bibliographie
MAH GR, 2, 1937, 110-116
– E. Flütsch, Sankt Antönien, 1976
Gem. GR 2003, 330-331

Auteur(e): Otto Clavuot / EVU