No 9

Grandson, Othon III de

naissance vers 1340, décès 7.8.1397 à Bourg-en-Bresse. Fils de Guillaume ( -> 2). ∞ 1365 Jeanne, fille d'Humbert Allamand. Chevalier, G. est au service de l'Angleterre de 1372 à 1386; il retourne dans le Pays de Vaud à la mort de son père. Après la mort d'Amédée VII de Savoie, il est accusé d'avoir empoisonné le comte. Ses biens sont saisis; il s'exile en Angleterre en 1392. Lorsqu'il est réhabilité et que ses biens lui sont rendus, il revient en 1396 à Sainte-Croix. A nouveau accusé par Gérard d'Estavayer, il meurt dans le duel judiciaire qui l'oppose à son accusateur. G. est le seul poète important d'origine noble de la littérature française de son temps. Il connaît Chaucer, qui l'inspire pour sa poésie de la Saint-Valentin, qui connut un grand succès en France et en Espagne. Il est devenu le prototype de l'amant mélancolique, vêtu de noir. Cette attitude littéraire est en relation avec la poésie de la Saint-Valentin, où il s'agissait de choisir chaque année une nouvelle dame, ce qui est en opposition avec la loyauté, principe de l'amour courtois traditionnel. Implicitement, la poésie de G. manifeste ainsi la crise de l'idéologie courtoise.


Oeuvres
– C.A. Cunningham, éd., A Critical Edition of Poetry of Oton de Grandson, 1987
Bibliographie
– A. Piaget, Oton de Grandson, 1941
La maison de Savoie en Pays de Vaud, cat. expo. Lausanne, 1990, 207-209
Dict. des lettres françaises, le Moyen Age, 1992, 1090-1093
LexMA, 6, 1561
– Francillon, Littérature, 1, 27-28

Auteur(e): Marc-René Jung