No 1

Fabri, Adhémar

Mentionné le 9.4.1353, décès 8.10.1388 à Avignon. La tradition lui a conservé le nom de F., forme latine correspondant au français Favre; quant à son prénom, on peut hésiter entre le français Aymar et le provençal Adhémar, que la postérité locale a ratifié. F. était issu d'une famille de notables de La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie). Membre de l'ordre dominicain, il apparaît comme prieur du couvent de Genève en 1353 et 1357. Le pape Urbain VI lui confère en 1363 l'évêché in partibus de Bethléem. F. est attesté comme évêque auxiliaire du diocèse de Genève de 1366 à 1377. Dans l'été de 1378, sur la recommandation du cardinal Robert de Genève, le même pape le transfère à l'évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme); les bulles de collation n'ayant pas été expédiées, probablement à cause du début du Grand Schisme, Robert de Genève, devenu le pape Clément VII, dont F. est le familier et le confesseur, procède à une nouvelle nomination en novembre 1378. F. devient évêque de Genève en juillet 1385, par échange avec un autre familier de Clément VII, Jean de Murol. Occupé par ses charges auprès du pape, il réside dans son entourage, généralement à Avignon. A se fier aux documents disponibles, il ne se rend à Genève qu'une seule fois, tout exprès pour accomplir l'acte qui allait faire de lui l'unique évêque de Genève du Moyen Age encore connu du public, à savoir la confirmation, datée du 23 mai 1387, valant pour lui et ses successeurs, évêques du diocèse et seigneurs de la ville de Genève de "toutes les libertés, franchises, immunités, us et coutumes" de cette cité. Pendant plusieurs siècles, les "franchises d'Adhémar F." ainsi qu'on désigne communément cette ratification, furent tenues par les Genevois comme le fondement de leurs libertés collectives et individuelles.


Bibliographie
HS, I/3, 93-94, 117; IV/5, 377-378
Libertés, franchises, immunités, us et coutumes de la ville de Genève, cat. expo. Genève, 1987 (texte lat. et trad. franç.)

Auteur(e): Louis Binz