Bagnyon, Jean

naissance éventuellement 1412 à Bretonnières, décès apr. 1497. Etudes juridiques. Notaire juré de l'official de Lausanne en 1461. A la demande du chanoine Henri Bolomier, B. compose entre 1465 et 1470 une Histoire de Charlemagne d'après des sources latines (Vincent de Beauvais, Pseudo-Turpin) et françaises (chanson de geste de Fierabras). Edition princeps Genève 1478; ce premier roman français imprimé eut du succès jusqu'au XVIIe s. et fut traduit en anglais, espagnol, allemand. En 1479, B. entre dans la politique. En janvier 1481, les syndics le choisissent comme conseiller pour l'union de la Cité et de la Ville inférieure, union dont il transcrit l'acte en juillet. Il est élu syndic de Lausanne en septembre. Il quitte la ville quelques années après et s'installe à Genève, où son traité sur les libertés de Genève lui vaut le statut de bourgeois, le 6 avril 1487 (Tractatus potestatum dominorum et libertatum subditorum, 1487). On perd sa trace après 1497.


Oeuvres
– H.-E. Keller, éd., Hist. de Charlemagne, 1992
Bibliographie
– H.-E. Keller, «Jehan Bagnyon, pseudo-chroniqueur du XVe s.», in Et c'est la fin pour quoy sommes ensemble, 1993, 783-792
– Francillon, Littérature, 1, 33-34

Auteur(e): Marc-René Jung