Walzenhausen

Comm. AR, ancien distr. du Vorderland, comprenant le village de W., sur une terrasse dominant le lac de Constance et la vallée du Rhin, et plusieurs hameaux et fermes isolées. 1320 ze Waltzenhusen. 1013 hab. en 1667, 1438 en 1813, 1794 en 1850, 3078 en 1900, 2408 en 1941, 2507 en 1950, 2181 en 2000.

Le territoire de W., appelé Unter-Hirschberg jusqu'en 1638, fut colonisé à partir du domaine de Höchst sur le Rhin. Après les guerres d'Appenzell (1401-1429), il fut attribué à la rhode de Trogen. Mais les gens d'Unter-Hirschberg eurent des communaux exploités de concert avec Höchst et Sankt Margrethen jusqu'en 1598. Au spirituel, ils relevaient de Sankt Margrethen (où ils représentaient en 1634 deux tiers des paroissiens). Ils embrassèrent la Réforme en 1525-1529. Des conflits sur l'usage par les deux confessions de l'église de Sankt Margrethen débouchèrent en 1638 sur la construction d'un temple au hameau de W. Celui-ci donna son nom à la commune fondée au même moment et qui réunit les deux zones habitées de l'Unter-Hirschberg, soit celle, "intérieure", de W. et celle, "extérieure", de Wilen. Le partage des biens ecclésiastiques entre W. et Sankt Margrethen n'intervint qu'en 1808. Le couvent de Grimmenstein appartint au territoire communal de W. jusqu'en 1817. Les principales sources de revenus étaient, au XVIe s. déjà, l'agriculture et le textile (huit marchands de fil en 1579). Aux XVIIIe et XIXe s., W. fut un centre pour le commerce du bétail. La viticulture, abandonnée vers 1910, a repris au début du XXIe s. La production de toile grossière dite de W. continua au XIXe s., même après l'introduction du coton. Entre 1850 et 1920, W. fut un haut lieu de la broderie au crochet et de la fabrication de rideaux. Il y avait en outre une fabrique d'étamines de soie, un atelier de broderie mécanique au point plat et des retorderies. La molasse fut exploitée jusqu'en 1928. La crise économique mondiale provoqua un taux de chômage particulièrement élevé. La situation commença à se redresser en 1932, quand Ulrich Jüstrich se lança dans la fabrication de brosses, puis de politure pour meubles et de cosmétiques. Plusieurs PME actives dans la métallurgie et les plastiques s'établirent dès 1946. Le tourisme se développa entre 1870 et 1900. Le funiculaire Rheineck-W. entra en fonction en 1896. Une annexe thermale fut ajoutée au Kurhaus en 1910, alimentée par les eaux sulfureuses et aluneuses des anciens bains de Schönenbüel à Wolfhalden. La construction d'une piscine (1934) et la transformation du Kurhaus en un centre de réhabilitation (1970) donnèrent un nouvel élan au tourisme. Ouverte en 1993 dans l'ancien hôtel Rheinburg, la première clinique de Suisse spécialisée dans le traitement de la douleur devint en 1995 une clinique de réhabilitation neurologique et orthopédique. La mise en bouteille et la vente de l'eau minérale de W. (env. 1920-1978) contribuèrent à faire connaître la commune, de même que les courses de côte disputées annuellement de 1910 à 1954 et de 1970 à 1986 (course "historique" avec des véhicules anciens dès 2007).


Bibliographie
MAH AR, 3, 1981, 306-349
– E. Züst et al., Chronik der Gemeinde Walzenhausen, 1988
Der Rheintaler, 28.9.2007, 7-11

Auteur(e): Thomas Fuchs / PM