01/12/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Lutzenberg

Comm. AR, ancien distr. du Vorderland, la plus petite du canton (2,29 km2) et la seule à ne pas avoir sa propre église. Elle est formée de deux zones distinctes, comprenant l'une les hameaux de Haufen et Brenden, l'autre ceux de Wienacht et Tobel, et chacune plusieurs fermes isolées. 1634 Lutzenberg. 518 hab. en 1667, 847 en 1734, 700 en 1813, 908 en 1850, 1353 en 1900, 1084 en 1941, 1233 en 1950, 880 en 1980, 1323 en 2000.

Les domaines de Brenden, Wienacht et Tobel sont mentionnés dès le XIVe s. Sauf Tobel et Wienacht, qui dépendaient de la seigneurie de Wartensee, le territoire de L. relevait aux XIIIe et XIVe s. de l'évêque de Constance et faisait partie du domaine de Thal, dans le bailliage de Rheineck. Il fut incorporé après les guerres d'Appenzell (1401-1429) à la commune de Kurzenberg. Apparu en 1634, le nom de L. désigna d'abord la partie orientale du Kurzenberg, puis, après la construction de l'église homonyme (1651-1652) et la dissolution de la commune, la partie qui continuait à relever, au spirituel, de l'ancienne église-mère de Thal. L'établissement des frontières avec les nouvelles communes voisines de Heiden et Wolfhalden dura jusqu'en 1666-1667; la partie supérieure du L. revint à Wolfhalden. Le partage des biens communaux du Kurzenberg intervint en 1771-1772 (la part attribuée à L. constitua la fortune de la bourgeoisie); celui des biens de l'église de Thal en 1809 (création de la paroisse protestante de Thal-L.). La zone de Wienacht-Tobel fut rattachée à l'église protestante de Buchen-Staad en 1948. La chapelle catholique de Wienacht fut construite en 1962. Outre l'exploitation de carrières de grès à Wienacht aux XVIIIe et XIXe s., les principales activités étaient l'élevage, la céréaliculture, l'arboriculture et la viticulture (dix-huit coteaux et quarante-neuf pressoirs en 1834, seule commune viticole d'Appenzell après 1945), ainsi que l'industrie textile, avec l'établissement de la Dorfhalde, intermédiaire entre brodeuses à domicile et clientèle internationale (1827-1914), une fabrique d'étamines de soie (1881-1910) et une fabrique d'aiguilles pour machines à tricoter (1912-1927). La station de Wienacht-Tobel, sur la ligne Rorschach-Heiden, date de 1875. Après la Deuxième Guerre mondiale, les emplois (retorderie, petites entreprises artisanales et hôtellerie) se raréfièrent, les habitants allèrent en majorité travailler à Thal, Rheineck ou Rorschach et L. devint une commune résidentielle. Le foyer de Lärchenheim, fondé en 1982 (centre de réhabilitation de L. depuis 2001), qui s'occupe de toxicomanes, est géré par les cantons de Suisse orientale. Les enfants de L. se rendent à Thal et à Rheineck dès la 7e année scolaire.


Bibliographie
MAH AR, III, 1981, 277-305
– E. Züst, Geschichte der Gemeinde Kurzenberg, 1991
Appenzeller Tagblatt, 2.9.1993

Auteur(e): Thomas Fuchs / UG