Stein (AR)

Comm. AR, ancien distr. du Hinterland, qui englobe le village de S., de nombreux hameaux et des fermes isolées. 1777 hab. en 1794, 1367 en 1818, 1666 en 1850, 1957 en 1888, 1787 en 1900, 1306 en 1950, 1101 en 1970, 1355 en 2000. Dans la maison dite "château fort" se trouvent les vestiges d'une probable tour d'habitation (XIIIe-XIVe s.) des ministériaux de l'abbaye de Saint-Gall dans le bailliage de Hundwil. S. forma, jusqu'en 1749, la rhode inférieure (ou de Horgenbühl) de la rhode et paroisse de Hundwil, mais était régie, depuis les guerres d'Appenzell (1401-1429), par ses propres autorités politiques. Au lieu de procéder à l'agrandissement de l'église de Hundwil initialement prévu et malgré les protestations énergiques de la rhode supérieure, la rhode inférieure préféra se séparer de celle-ci en 1749, pour former la commune de S. Il s'ensuivit la construction d'une nouvelle église et la division des biens communs. Le sceau officiel demeura à Hundwil jusqu'en 1835. Le noyau du village se forma, au XVIIIe s. déjà, autour de la nouvelle église, selon une dynamique économique rendue possible par la prospérité due à l'essor de l'artisanat textile. La culture du lin est attestée dès le XVIe s. Le tissage (à partir du XVIIe s.), puis la broderie (dernier tiers du XIXe s.) complétèrent progressivement l'élevage et l'industrie laitière. L'élevage des vers à soie et le tissage de la soie furent expérimentés au début du XIXe s. Une fabrique de broderie s'ouvrit vers 1870, s'orienta ensuite vers le tissage au métier à point plat (encore 450 tisserands à domicile en 1930). Le moulin à grains et à papier de Kubel fut exploité de 1674 à 1890 environ, la brasserie de 1860 environ à 1910. L'industrie et l'artisanat prospérèrent jusqu'en 1945. L'importance de l'industrie laitière demeura constante; S. et Hundwil furent les centres du commerce appenzellois de beurre et de fromage jusque vers 1940. Le tourisme démarra au début du XIXe s. à Bad Störgel et s'intensifia à partir de 1898 (création d'un office du tourisme). S., de par sa structure économique diversifiée, fut longtemps considéré comme étant à l'abri de la crise. La fromagerie de démonstration date de 1978, le Musée appenzellois d'art populaire de 1987. De commune de travail, S. devint, entre 1950 et 1980, une commune résidentielle (nouveaux quartiers d'habitation), la première du Hinterland. Cette évolution se poursuivit jusqu'au XXIe s. (nombreux navetteurs). Dès la fin du XXe s., S. intensifia sa collaboration avec les communes voisines pour l'accomplissement de certaines tâches (adduction d'eau et égouts, enseignement secondaire, registre foncier). En 2005, le secteur primaire fournissait 31% des emplois de S., le secondaire un peu plus de 20%.


Bibliographie
– H. Nötzli, Das 200jährige Bestehen von Stein im Kanton Appenzell Ausser-Rhoden, 1949
MAH AR, 1, 1973, 401-439
– W. Rohner et al., 250 Jahre Gemeinde Stein AR, 1999

Auteur(e): Thomas Fuchs / VL