Montlingerberg

Colline isolée près de Montlingen (comm. Oberriet SG), non loin de l'embouchure de l'Ill (A) dans le Rhin, sur la route de l'Arlberg. De 1860 environ à 1956, le côté nord du M. servit de carrière pour les chantiers de la régulation internationale du Rhin (extraction de 600 000 à 850 000 m3 de calcaire karstique sur une surface d'env. 24 000 m2). On découvrit lors des travaux de nombreux vestiges isolés jusqu'en 1915; Hans Bessler mena des fouilles de 1921 à 1926, Hans Brunner pendant et après la Deuxième Guerre mondiale, Benedikt Frei de 1951 à 1954 et en 1960. L'ensemble du site a fait l'objet d'une publication en 1989.

Une présence humaine sporadique est attestée aux âges du Cuivre et du Bronze moyen. La colonisation commence au Bronze final (vers la fin du niveau Hallstatt A2, au milieu du XIe s. av. J.-C.) et comprend six phases principales. Lors de la première phase, un vallum de bois et de terre fut élevé à travers le plateau; l'habitat se trouvait à l'est de celui-ci (fragment de murs en pierres sèches, foyers et trous de poteaux). Des objets importés prouvent que le M. était un centre d'échanges commerciaux important. Le mobilier comprend de la céramique des civilisations des Champs d'Urnes et de Laugen-Melaun, des objets en bronze de la civilisation des Champs d'Urnes et nord-italiques, des perles d'ambre de la Baltique travaillées dans la plaine du Pô. Cette phase s'acheva au début du Xe s. av. J.-C., le vallum s'étant effondré. A la deuxième phase, l'habitat se poursuivit sans interruption notoire. On a reconnu quatre horizons de fouille; les emplacements de poteaux et de foyers permettent de restituer des plans de maisons. Le mobilier consiste en céramiques des Champs d'Urnes et de Laugen-Melaun, en objets de bronze des Champs d'Urnes. Cette phase s'acheva probablement vers la fin du IXe s. av. J.-C. (fin du niveau Hallstatt B2-B3). La troisième phase présente plusieurs horizons de fouille et de très nombreux foyers. Elle a livré de la céramique dans la tradition des Champs d'Urnes, avec forte empreinte du premier âge du Fer, quelques objets typiques en bronze et, à l'horizon supérieur, les traces partielles d'une maison avec son foyer. Le passage à la quatrième phase se situe au début du VIe s. av. J.-C. (niveau Hallstatt D1/D2). On a mis en évidence la réutilisation d'un mur de l'horizon inférieur, une maison à piliers avec son foyer et un mur de soutènement; le mobilier se réduit à des céramiques du groupe dit de la vallée alpine du Rhin et à quelques objets en bronze. Vers 500 av. J.-C., débute la cinquième phase, qui embrasse tout le second âge du Fer. Ont été inventoriés quelques foyers peu nombreux, un tas de pierres, des arrangements de pierres dont on ignore le sens, des céramiques du groupe de la vallée alpine du Rhin, des objets en bronze celtiques et des Alpes orientales. On peut dater de la sixième phase une maison située au centre du plateau avec des objets du Ier s. apr. J.-C.

La fondation du village préhistorique peut être attribuée à des représentants de la civilisation des Champs d'Urnes qui, à l'époque du Bronze final, recouvrait le sud de l'Allemagne et le nord de la Suisse. Le site fut sans doute choisi pour des raisons stratégiques et à cause de sa situation sur les axes commerciaux. Le M. joua un rôle de centre d'échanges, puisqu'on y a retrouvé des ustensiles et bijoux d'Italie du Nord et d'Allemagne du Sud, ainsi que des lingots de cuivre provenant probablement du Tyrol septentrional. Il devait y avoir des échanges intenses avec le Trentin et le Tyrol du Sud, berceaux de la civilisation de Laugen-Melaun, dont des représentants semblent d'ailleurs s'être fixés au M. La surface totale du site devait atteindre quelque 26 000 m2, dont la moitié a été détruite lors des travaux d'extraction; de la partie restante, environ 600 m2 ont été explorés. D'éventuels échanges avec le sud-est alpin au premier âge du Fer ne sont plus vérifiables. On peut établir en revanche la rencontre de plusieurs civilisations dans la vallée alpine du Rhin au second âge du Fer: la céramique trahit des influences provenant du sud et de l'est; les éléments de costume peuvent être attribués, sauf rares exceptions, à l'aire celtique. La tradition céramique du groupe de la vallée alpine du Rhin est encore décelable au Ier s. apr. J.-C.


Bibliographie
– B. Frei, «Zur Datierung der Melauner Keramik», in RSAA, 15, 1954/1955, 129-173
– R. Steinhauser-Zimmermann, Der Montlingerberg im Kanton Sankt Gallen (Schweiz), 1989
Die Räter, 1992, 53-90, 175-211, 331-347

Auteur(e): Regula Anna Steinhauser-Zimmermann / WW