Henri de Nördlingen

Vraisemblablement issu d'une famille de ministériaux de l'Empire, de Nördlingen dans le Ries (Bavière). Attesté entre 1332 et 1356 à travers les échanges et la correspondance qu'il entretint avec les dominicaines bavaroises Margareta (décès1351) et Christina Ebner (décès1356). Prêtre séculier, mystique et prédicateur, H. assura la cure d'âmes auprès des religieuses et dirigea un groupe de femmes pieuses à Nördlingen. Il fut contraint à l'exil en 1338 pour s'être déclaré en faveur du pape d'Avignon et trouva refuge à Constance et Königsfelden, puis, par l'entremise de Johannes Tauler, à Bâle, où il fut chapelain à Saint-Pierre. Il forma le groupe bâlois du mouvement mystique des Amis de Dieu, dont faisait partie Margareta zum Güldin Ring. Prédicateur itinérant (1348-1349), il séjourna à Nördlingen en 1350, puis retourna à l'itinérance. Son action et ses lettres, qui constituent sans doute le premier recueil de correspondance entièrement en allemand, témoignent de la piété d'orientation mystique qui régnait alors en Allemagne du Sud dans le milieu des Amis de Dieu.


Bibliographie
LexMA, 4, 2104
– F.W. Bautz, Biographisch-bibliographisches Kirchenlexikon, 2, 1990, 684
– H.D. Betz et al., éd., Religion in Geschichte und Gegenwart, 3, 42000, 1601-1602

Auteur(e): René Wetzel / PM