Notker le Physicien

naissance vers 900, décès 12.11.975 à Saint-Gall. Apparemment profès à Saint-Gall en 906. N. (oncle de Notker l'Abbé, en charge de 971 à 975) est le deuxième des moines saint-gallois de ce nom devenus célèbres. Son surnom de physicus est à prendre au sens de médecin; les sources contemporaines, comme la Vita sanctae Wiboradae d'Ekkehard Ier, le qualifient de medicus. Lui-même se dit cellararius (administrateur) en 956/957 et hospitarius (responsable de l'hôtellerie) en 965. Il s'attira aussi le surnom de piperisgranum ("grain de poivre"), mentionné dans les Casus sancti Galli d'Ekkehard IV, à cause de sa sévérité en matière de discipline monastique. Sa réputation repose d'une part sur son activité médicale, attestée en plusieurs occasions, qui le conduisit à la cour d'Othon le Grand, et d'autre part sur ses talents artistiques: les Casus rapportent que le pictor (peintre) N. a embelli de fresques l'église Saint-Gall restaurée après l'incendie de 937 et orné de miniatures des manuscrits. Poète et musicien, il a composé, au témoignage d'Ekkehard IV, des chants liturgiques (le propre d'un office de saint Otmar, l'hymne du même saint Rector aeterni metuende saecli et l'hymne Hymnum beatae virgini, qui font encore partie de la tradition de Saint-Gall), et des poèmes aujourd'hui perdus, destinés à des réceptions impériales. N. a en outre enseigné; l'un de ses élèves, Balther de Säckingen, lui dédia sa Vita sancti Fridolini.


Bibliographie
– J. Duft, Notker der Arzt, 1972
VL, 6, 1210-1212
– J. Duft, Die Abtei St. Gallen, 2, 1991, 149-164
Die Notkere im Kloster Sankt Gallen, cat. expo. Saint-Gall, 1992
– R. Schaab, Mönch in Sankt Gallen, 2003, 97

Auteur(e): Udo Kühne / PM