20/05/2008 | communication | PDF | imprimer | 

Hemishofen

Comm. SH, distr. de Stein, sur le Rhin, au pied du Wolkensteinerberg, s'étendant vers le nord jusqu'au Herrentisch. Après 1100 Hammingeshoven. 327 hab. en 1850, 376 en 1900, 307 en 1950, 271 en 1970, 377 en 2000.

1 - La nécropole hallstattienne

Sur le bord oriental de la vallée inférieure de la Biber, au pied du Schienerberg, se trouve un ensemble de tumulus hallstattiens; encore en partie visible aujourd'hui, il était autrefois bien reconnaissable, le long d'une route importante. Ferdinand Keller signala la présence de tombes en 1836. Johann Conrad Fehrlin (1846 et 1856), le pasteur Julius Müller (1874-1875) et Ferdinand Schalch (1894) procédèrent à des travaux d'exhumation, suivis de fouilles effectuées sans autorisation par Joseph von Sury et Bertram Böschenstein (1912-1913), l'exploration approfondie menée par Walter Ulrich Guyan (1943) et d'autres travaux plus limités (1967 et 1978).

La nécropole comprend au moins trente-cinq tumulus. Elle contient des tombes à incinération et à inhumation des VIIIe-VIe s. av. J.-C., outre quelques sépultures des débuts de La Tène (Ve-IVe s. av. J.-C.). Les corps mis en terre étaient vêtus et généralement accompagnés d'offrandes (récipients contenant des mets et probablement aussi des boissons). On a découvert de nombreuses pièces de parure (fibules, anneaux, bracelets, ceintures), des ustensiles d'usage courant (couteaux, instruments de toilette) et des armes (un fragment d'épée en fer et un fer de lance). La céramique funéraire, fort variée, porte des décors très riches dans les tombes anciennes (motifs gravés, estampés, peints en rouge et noir dans le style d'Alb-Salem), mais plus sobres ultérieurement. Le contexte des objets mis au jour est rarement documenté et le mobilier qui nous est parvenu est incomplet, de telle sorte qu'il n'est plus possible de reconstituer le costume et la position sociale des défunts. L'emplacement du village hallstattien dont dépendait cette nécropole reste inconnu jusqu'à ce jour.

Auteur(e): Markus Höneisen / FS

2 - La commune

Les principaux propriétaires fonciers étaient le couvent de Saint-Georges à Stein am Rhein et les seigneurs de Hohenklingen, qui détenaient aussi les basse et haute juridictions. L'Autriche acheta la moitié des droits de bailliage en 1359, mais les remit en gage aux vendeurs en 1362. Stein am Rhein acquit les droits seigneuriaux en 1457. Placé sous le protectorat de Zurich en 1484, H. fait partie du canton de Schaffhouse depuis 1803. Avec Stein am Rhein, le village forme la paroisse de Stein-H. L'école, construite en 1660, accueillit jusqu'en 1784 les protestants de Ramsen, qui n'avaient le droit de pratiquer leur culte qu'en dehors de leur commune. Un nouveau bâtiment construit en 1831-1832 abrite aujourd'hui l'école primaire. Le 1er mai 1800, l'aile droite de l'armée française du Rhin franchit le fleuve en aval de H. avec 30 000 hommes. En amont fut lancé en 1875 le pont métallique de la ligne Etzwilen-Singen (auj. réservée aux transports industriels); il fut doublé d'un pont routier en 1980. Une fabrique de chicorée (succédané du café) fut exploitée de 1846 à 1863. Commune rurale jusqu'au milieu du XXe s., H. a pris ensuite un caractère plus résidentiel.

Références bibliographiques

Bibliographie
– W.U. Guyan, Das Grabhügelfeld im Sankert bei Hemishofen, 1951
– G. Lüscher, «Unterlunkhofen und die hallstattzeitliche Grabkeramik in der Schweiz», in Antiqua, 24, 1993, 192-194
– H. Tanner, Hemishofen, 1998

Auteur(e): Hermann Tanner / FS