28/10/2010 | communication | PDF | imprimer | 

Musée des chartes fédérales

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Lors de la Fête nationale de 1891 à Schwytz, les conseillers fédéraux Emil Welti et Carl Schenk proposèrent la création d'un monument national. La Première Guerre mondiale empêcha la réalisation du projet prévu à l'occasion du 600e anniversaire de la bataille de Morgarten (1915). Peu après la guerre, le gouvernement schwytzois reprit l'idée et demanda au Conseil fédéral, qui répondit favorablement en 1928, de "collaborer à la création d'un lieu plus digne d'abriter les documents relatifs à la naissance de la Confédération". Les Schwytzois lièrent à ce projet la construction d'un bâtiment destiné à leurs propres archives. A la fin de l'année 1933, les travaux furent confiés à Josef Beeler, de Rothenthurm, architecte à Zurich, lauréat du concours. La première pierre fut posée le 15 novembre 1934, et le bâtiment inauguré les 1er et 2 août 1936. La réalisation de cet ouvrage de style fonctionnel s'inscrivit dans une période de troubles intérieurs (printemps des fronts, crise économique) et de menace extérieure naissante. L'idéologie de résistance qui se développa durant la Deuxième Guerre mondiale se cristallisa notamment sur le "refuge" des Pactes fédéraux de 1291 à 1513; la salle d'exposition des pactes et chartes de franchises (exemplaires schwytzois), ornée de bannières confédérées et schwytzoises, devint en quelque sorte le centre sacré, le "lieu de mémoire" de la Confédération. Les sources médiévales, au premier chef le Pacte fédéral de 1291, furent perçues comme des modèles de conduite pour les hommes politiques du temps, des documents participant de la défense spirituelle du pays. Les œuvres d'art ornant le bâtiment vinrent renforcer cet effet: le Fundamentum de Heinrich Danioth (représentation du Pacte de Brunnen) sur la façade principale, dont la modernité suscita une querelle artistique à Schwytz; le Serment du Grütli, fresque de Walter Clénin peinte à la fin de la guerre dans la salle d'exposition; la sculpture monumentale de Hans Brandenberger, intitulée Disposition au combat (réalisée pour l'Exposition nationale de 1939), placée dans le parc en 1941; et enfin l'impressionnant Nicolas de Flue de Maurice Barraud, symbole évident du gardien de la patrie. La rénovation de la salle d'exposition et la restauration des vingt et un drapeaux et bannières datent de 1979-1980. En 1998-1999, l'exposition fut entièrement repensée: le Pacte de 1291, ses conséquences et l'évolution des mythes fondateurs y prirent une place centrale.


Bibliographie
MAH SZ, N.S. 1, 1978, 246-250
– J. Wiget, Les Arch. des Chartes fédérales à Schwyz, 1986 (all. 21996)
– R. Sablonier, «Das neue Bundesbriefmuseum», in MHVS, 91, 1999, 231-240

Auteur(e): Josef Wiget / UG