• <b>Jost de Silenen</b><br>Ecu héraldique d'or au lion de gueules aux armes de Silenen surmonté de la mitre du prince-évêque. Noyer polychromé, entre 1482 et 1496 (Musée d'histoire du Valais, Sion, MV224_2) © Musée d’histoire du Valais, Sion; photographie Jean-Yves Glassey.

No 4

Silenen, Jost de [Josse de]

naissance entre 1435 et 1445 à Küssnacht (SZ), décès décembre 1498 en France. Fils de Christoph, lieutenant du grand bailli du Valais (1426) et grand châtelain de Sierre (1428), et d'Isabella de Chevron. Parent éloigné de Heinzmann ( -> 3). Enfance à Küssnacht. Etudes de l'un et l'autre droits à Pavie (dès 1459). S. apprit les langues à Rome et noua des relations auprès du cardinal français Guillaume d'Estouteville, dont il fut le familier jusqu'en 1469. Bénéficiaire de la prébende de maître de la fabrique à l'abbaye bénédictine du Hof à Lucerne (1448-1455), chanoine à Schönenwerd (1468-1469) et prévôt de Beromünster (1469-1482). Ambassadeur des Confédérés, notamment à la cour du roi de France (1472), il contribua largement, pour le compte de Louis XI, à la conclusion de la Paix perpétuelle (1474) entre les VIII cantons et le duc Sigismond de Habsbourg. En 1475, il fut nommé coadjuteur, puis évêque de Grenoble pour avoir mené à bien les négociations sur la Franche-Comté après la défaite de Charles le Téméraire (1477). Avec l'appui de la Diète valaisanne, S. fut élu évêque de Sion par le chapitre cathédral (confirmation par Sixte IV en 1482). Les pourparlers menés auparavant entre S. et les envoyés de la Diète renforcèrent les dizains face à l'évêque, leur souverain. Les expéditions de S., profrançais, dans le val d'Ossola se soldèrent par un jugement en faveur de Milan (1484 et 1487), par une défaite près de Masera et Crevola, puis par une paix avec Milan (1495). Discrédité en Valais, S. perdit également son pouvoir dans la lutte contre Georges Supersaxo. En 1496, il fut contraint de se réfugier à Lyon après l'occupation de Sion par les dizains de Conches, Brigue et Viège. En 1497, le pape le destitua et le nomma évêque titulaire de Hiérapolis. En 1498, il tenta sans succès de reconquérir l'évêché de Sion. Prince de la Renaissance et amateur d'art, S. entretint une cour importante, paracheva la construction de nombreuses églises en Valais, contribua au développement des bains de Loèche et exploita les mines d'argent de Bagnes. Sa mitre ornée de perles et de pierres précieuses, cadeau de Louis XI, est exposée au Musée de l'Evêché de Sion, son bréviaire d'apparat, réalisé en 1493, se trouve au Musée national suisse à Zurich.

<b>Jost de Silenen</b><br>Ecu héraldique d'or au lion de gueules aux armes de Silenen surmonté de la mitre du prince-évêque. Noyer polychromé, entre 1482 et 1496 (Musée d'histoire du Valais, Sion, MV224_2) © Musée d’histoire du Valais, Sion; photographie Jean-Yves Glassey.<BR/>
Ecu héraldique d'or au lion de gueules aux armes de Silenen surmonté de la mitre du prince-évêque. Noyer polychromé, entre 1482 et 1496 (Musée d'histoire du Valais, Sion, MV224_2) © Musée d’histoire du Valais, Sion; photographie Jean-Yves Glassey.
(...)


Bibliographie
– A. Lütolf, «Jost von Silenen, Propst zu Beromünster, Bischof zu Grenoble und Sitten», in Gfr., 15, 1859, 143-187
– W. Ehrenzeller, Die Feldzüge der Walliser und Eidgenossen ins Eschental und der Wallishandel 1484-1494, 1912
HS, I/5, 219-226; II/2, 186-187
– A. Jörger, Der Miniaturist des Breviers des Jost von Silenen, 2001

Auteur(e): Philipp Kalbermatter / FP