No 1

Radegg, Rudolf von

Mentionné de 1311 à 1327, vraisemblablement de Rheinau. Probablement fils du baron Rudolf R. et d'une serve du comte de Habsbourg. R. se faisait appeler Rinangensis alumpnus, ce qui laisse supposer qu'il fréquenta l'école conventuelle de Rheinau. Avant 1311, il était maître à l'école de l'abbaye d'Einsiedeln, sans être moine. En 1314, il fut témoin de l'attaque de l'abbaye par les paysans de Schwytz lors du conflit de la Marche (Marchenstreit). Il est l'auteur d'un poème en distiques latins consacré à celle-ci, intitulé Cappella Heremitana, qu'il dédia à l'abbé Johannes von Schwanden. Les deux premiers livres contiennent un éloge de l'abbaye, l'histoire de sa fondation, ainsi qu'un panégyrique de l'abbé et des moines. Dans le troisième, il décrit les destructions et pillages commis par les Schwytzois, taxés de gens diabolica. Comme dans le poème biblique Tobias de Mathieu de Vendôme, modèle littéraire de R., les éloges s'expriment par une quantité de figures de style et de jeux de versification, avec comme principe formel le nombre sept, considéré comme sacré. En 1327, R. légua sa maison de Rheinau au couvent du même lieu.


Oeuvres
– P.J. Brändli, éd., Cappella Heremitana, 1975
Bibliographie
– Feller/Bonjour, Geschichtsschreibung, 1, 1979, 73-74
VL, 8, 364-366

Auteur(e): Veronika Feller-Vest / MBA