15/09/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Bargen (SH)

Comm. SH, distr. de Schaffhouse. Village dans la vallée de la Durach. Sur son territoire se trouvent le point le plus septentrional de la Suisse, la "pierre noire", et des sites protégés d'importance nationale (Randen). 884 Paragen. 327 hab. en 1850, 226 en 1900, 203 en 1950, 248 en 2000. Vestiges du Néolithique (céramique cordée) et traces d'exploitation du fer remontant au Moyen Age. En 884, Peringer, comte du Hegau, échangea son domaine de Merishausen contre des possessions du couvent de Saint-Gall à B. On distinguait jadis les hameaux de Niederbargen ou Unterbargen, Mittelbargen (jusqu'en 1564) et Oberbargen. Selon le chroniqueur Johann Jakob Rüeger, Niederbargen et Oberbargen avaient la même importance vers 1600. Ultérieurement, Niederbargen devint un village, alors qu'Oberbargen ne fut plus qu'un domaine. B. appartint au landgraviat de Nellenburg, puis au Mundat (territoire jouissant de l'immunité) du couvent d'Allerheiligen fondé en 1049, territoire qui revint à la ville de Schaffhouse en 1451 et en 1491. Au Moyen Age, la famille Roten von Randenburg était le principal propriétaire foncier. En 1378, Egbert le Rouge vendit sa propriété de B., avec l'église et le bailliage, à l'hôpital du Saint-Esprit de Schaffhouse qui ne cessa d'affermir sa position jusqu'en 1510. Aujourd'hui encore, la bourgeoisie de Schaffhouse possède un domaine étendu à Oberbargen (forêt de l'hôpital). B. fit partie du bailliage schaffhousois de Merishausen de la Réforme à 1798. Autonome sur le plan spirituel jusqu'en 1378 (église mentionnée en 1275), B. fut ensuite rattaché à la paroisse de Merishausen; la chapelle tomba en ruine après la Réforme. La commune était située sur la route reliant Schaffhouse à la Baar (trafic commercial et pèlerinage d'Einsiedeln). Avant la dangereuse rampe de B. (déclivité de 16%), il fallait changer de chevaux et renforcer les attelages, d'où la présence d'anciennes auberges. Ce n'est qu'en 1968, à l'ouverture de l'A4, que cette pente put enfin être évitée. Le poste de douane ne prit pas l'importance espérée, l'Allemagne dirigeant le trafic par Singen-Thayngen. Le tracé compliqué de la frontière dans le Schlauch fut corrigé en 1839 et 1967. En 1993, il fallut fermer l'école du village.


Bibliographie
MAH SH, 3, 1960, 14-16
– J. Bernath et al., Das Durachtal, 1968
– W.U. Guyan, 1100 Jahre Bargen, 1984
Schaffhauser Magazin, 1, 1987

Auteur(e): Andreas Schiendorfer / AN