Titterten

Comm. BL, distr. de Waldenburg. Village dans un ensellement entre les vallées de la Vordere Frenke et de la Hintere Frenke. 1152 Ditritun. 165 hab. en 1699, 315 en 1798, 392 en 1850, 386 en 1900, 333 en 1950, 380 en 2000. Une première occupation est attestée sur le Chappelenhügel (tombe à ciste du VIe s. av. J.-C.), où l'on a trouvé également les vestiges d'un château fort abandonné (mention d'un Burchart de T. vers 1250). Possession des Frobourg jusqu'en 1189, puis du couvent de Schönthal, T. passa à la ville de Bâle en 1400. En 1798, il fut incorporé au district de Waldenburg. L'église Saint-Martin remonte probablement au VIIIe s. Au spirituel, T. relevait de la paroisse Saint-Pierre à Oberdorf, à partir de 1525, et de Reigoldswil, dès 1765. Au XVIIIe s., la commune connut un essor économique grâce à la passementerie (32 métiers à tisser en 1754, 100 en 1900, 1 en 1973). Une fabrique d'horlogerie exista entre 1925 et 1979. Au XIXe s., on construisit des bâtiments au cœur du village, ainsi que huit fermes foraines et des granges dans les champs. De par sa situation exposée, T. connut des problèmes d'approvisionnement en eau. Il existait douze puits en 1755; en 1902, un tuyau d'alimentation amena l'eau de la source de Goldbrunnen (région de Wasserfallen). Raccordement aux transports publics (bus) en 1949. En 2005, 62% de la population active travaillaient dans le secteur primaire.


Bibliographie
– P. Suter, «Baselbieter Dörfer und Landschaften im Luftbild», in BHBl, 32, 1967, 97-99
– M. Ruf-Bächtiger et al., Heimatkunde Titterten, 2002

Auteur(e): Brigitte Frei-Heitz / FP