Niederdorf

Comm. BL, distr. de Waldenburg, comprenant le village de N., sur la route du col du Haut-Hauenstein, primitivement aligné le long de la Vordere Frenke (la rivière du Waldenburgertal), quatorze fermes isolées fondées depuis le début du XIXe s., ainsi que le domaine d'Arxhof (mentionné comme mayorie en 1585, acquis par le canton en 1960 et devenu un établissement d'éducation par le travail en 1971). 1345/1389 Onoltzwil in dem [...] nidern dorff, 1453 Niderndorff. 32 hab. en 1497, 141 en 1699, 171 en 1743, 260 en 1798, 506 en 1850, 488 en 1900, 740 en 1950, 1933 en 2000. N. formait avec Oberdorf (BL) le village d'Onoldswil, jusqu'à leur séparation par un glissement de terrain destructeur en 1295. Durant la guerre du Rappen (1591-1594), Hans Siegrist, de N., commanda les campagnards insurgés. La chapelle Saint-Nicolas servit, après l'adoption de la Réforme (1529), de maison d'habitation et brûla au XVIIe s. Le moulin, qui remonterait au moins au XIVe, voire au XIIIe s., actionnait aussi, au milieu du XVIIIe s., une scierie et un moulin à huile, lequel fonctionna jusqu'au milieu des années 1960. Un incendie détruisit vingt-neuf maisons en 1628, la Frenke déborda, notamment, en 1830, 1924 et 1926. N. compta, durant une brève période, parmi les centres de la passementerie (19 métiers en 1754, 20 en 1770, 25 en 1786, 132 en 1856, 6 en 1908). Opposé à la scission du canton, vu ses bonnes relations avec les industriels bâlois fournisseurs de travail à domicile, le village fut attribué contre son gré à Bâle-Campagne en 1833. Il subit des interventions militaires lors de l'affaire de la caisse d'Etat (1798) et lors des troubles de Waldenburg (1834), dus à la révocation par le gouvernement du pasteur Friedrich Jäck, populaire mais insuffisamment qualifié. La ligne ferroviaire Bâle-Olten mit provisoirement fin au trafic par le Haut-Hauenstein, tandis que le chemin de fer de Waldenburg assura le trafic régional dès 1880. Le recul du tissage à domicile fut compensé par l'ouverture d'une fabrique de rubans dans la seconde moitié du XIXe s., puis par l'implantation d'usines actives dans l'horlogerie, la mécanique de précision et, à la fin du XXe s., la technique médicale. Le réseau électrique date de 1904. En 2005, le secteur secondaire fournissait 27% des quelque 700 emplois de la commune et le tertiaire 66%.


Bibliographie
Die 74 Gemeinden des Baselbiets, [1960]

Auteur(e): Bernard Degen / AN