Diegten

Comm. BL, distr. de Waldenburg, sur le Diegterbach, village-rue long de 2 km, autrefois divisé en cinq quartiers: Ober-D., Mühle-D., Mittel-D., Schloss-D. et Nieder-D. 1152 Dietingoven, 1213 Dietikon, 1342 Dietken, 1671 Dieckten. 431 hab. en 1774, 924 en 1850, 717 en 1900, 711 en 1950, 641 en 1960, 1390 en 2000. Vestiges néolithiques isolés à Ramsenhübel et Rutenrain, traces d'habitat et de fortification du Bronze à Rutenrain, colonisation romaine à Langgarben, Wisechen et Untere Gmeiniweid. Nécropole du haut Moyen Age et donjon (démoli en 1703) sur la colline de l'église. Siège des seigneurs de D., Ifenthal et Eschenz. Le bas du village, près de l'église et du château, faisait partie avec Tenniken de la seigneurie de D., passée à Bâle en 1482. Le haut appartenait avec les châteaux forts du Ränggen à la seigneurie d'Eptingen qui fut également achetée par Bâle en 1487. La collation de l'église paroissiale Saint-Pierre (mentionnée dès 1275) passa en 1314 au couvent d'Olsberg, qui possédait à D. des terres et trois quarts des dîmes. A la Réforme (introduite en 1529), on créa la paroisse de D.-Eptingen, un seul pasteur desservant les deux églises, mais Olsberg garda ses biens jusqu'en 1805. Les communes bourgeoise et politique se séparèrent en 1882.

La céréaliculture en assolement triennal domina jusqu'en 1829. La passementerie, pratiquée à domicile par les petits paysans dès 1720 environ, fut victime de la crise après 1920 (25 métiers en 1754, 151 en 1856, les derniers fonctionnèrent jusqu'en 1965). La ligne de bus Sissach-D.-Eptingen ouvrit en 1917. Dès 1920, de petites entreprises s'établirent à D., mais de nombreux navetteurs (deux bons tiers de la population active en 2000) allèrent travailler à Sissach, Zunzgen, Hölstein ou Eptingen (carrosseries, meubles métalliques, horlogerie, eaux minérales). L'autoroute A2 (construite en 1965-1970), qui coupe le territoire communal dans sa longueur, a entraîné un remaniement parcellaire et le déplacement de la plupart des exploitations agricoles dans des fermes isolées. Mieux desservie (sortie d'autoroute et bus plus fréquents), D. a connu dans les années 1970 une forte croissance démographique et une grande activité du bâtiment. Ecole réale du Diegtertal (1971), classe d'orientation professionnelle (avec Zunzgen, 1975). Autrefois propriété de la ville de Bâle, le domaine de Dietisberg et sa fromagerie, devenu colonie ouvrière en 1904, est aujourd'hui un foyer-atelier pour hommes sans domicile et toxicomanes.


Bibliographie
– P. Stöcklin et al., Heimatkunde Diegten, 1996 (avec bibliogr.)

Auteur(e): Peter Stöcklin / PM