11/05/2004 | communication | PDF | imprimer

Bennwil

Comm. BL, distr. de Waldenburg, comprenant un village-rue sur le Bennwilerbach (Walibach), avec un noyau autour de l'église, et 24 fermes isolées. 1218 Bendewilere (mention en 1189 dans un acte falsifié). 250 hab. en 1698, 355 en 1798, 615 en 1850, 545 en 1900, 456 en 1950, 408 en 1970, 603 en 2000. Vestiges de la fin de l'âge du Fer au Rehhag. Villa romaine et tombe alémane au Weierli. Au Moyen Age, B. appartenait aux Frobourg; le couvent de Schöntal possédait le droit de patronage de l'église et les revenus afférents. En 1400, la ville de Bâle acquit B. avec la seigneurie de Waldenburg. A la Réforme, les droits du couvent revinrent au Conseil de Bâle, qui regroupa les paroisses de B., Hölstein et Lampenberg en 1535. L'église (fondations des VIIIe-Xe s.) fut anéantie par un incendie en 1617. Sa reconstruction s'acheva en 1649 (monument historique classé); chaire Renaissance de 1649. La céréaliculture (blé et avoine) en assolement triennal, un peu de production laitière et de vigne caractérisent l'économie rurale préindustrielle. La passementerie à domicile pour le compte d'entrepreneurs bâlois se développa dès le XVIIIe s. et fut à son apogée au milieu du XIXe. Des fermes isolées apparurent après la suppression de l'assolement forcé, surtout entre 1813 et 1866. Le chemin de fer Liestal-Waldenburg fut ouvert en 1880 (station à Niederdorf, 3 km à l'ouest), l'entreprise Elektra Bennwil créée en 1903 (électrification de la passementerie). Le ruisseau fut partiellement canalisé lors de la construction de la nouvelle route cantonale B.-Hölstein (1910). Un service de car postal existe depuis 1952. Le secteur primaire domina jusque dans les années 1970 (53% des emplois en 1975, 38% en 1990), puis le nombre des navetteurs se multiplia (60% des personnes actives travaillaient à l'extérieur en 1990).


Bibliographie
– F. LaRoche-Gauss, Zur Geschichte von Bennwil, 1983

Auteur(e): Antonia Schmidlin / UG