Arboldswil

Comm. BL, distr. de Waldenburg. Village du Jura tabulaire entre le Waldenburgertal et le Reigoldswilertal. 1226 Arboldswilre. 25 hab. en 1497, 178 en 1680, 280 en 1770, 474 en 1850, 405 en 1900, 341 en 1950, 493 en 2000. Site de hauteur fortifié de l'âge du Bronze au Castelen, au sud de vestiges romains. A. faisait partie au Moyen Age de la seigneurie de Waldenburg, possession des Frobourg; le couvent de Schönthal y avait des biens. Le village passa en 1366 au prince-évêque de Bâle et en 1400 à la ville de Bâle avec le bailliage de Waldenburg. Il appartint dès 1832 au nouveau canton de Bâle-Campagne. Au spirituel, A. dépendit de la paroisse Saint-Pierre du Waldenburgertal, tout en possédant du XIIIe s. à la Réforme (1529) une chapelle dédiée à sainte Catherine; puis il releva de la paroisse de Ziefen (réunie à celle de Bubendorf de 1535 à 1810). La population n'augmenta que lentement en raison du manque d'eau (citernes). Au XIXe s., la passementerie connut un développement supérieur à la moyenne (117 métiers en 1856). A., village agricole et arboricole à l'origine, en bordure duquel se sont développées peu à peu depuis 1945 des zones de villas destinées surtout aux navetteurs, se divise en quartiers séparés par de vastes espaces et possède des maisons typiques aux linteaux datés et aux pignons revêtus de bois.


Bibliographie
– P. Suter, «Arboldswil», in ASTP, 28, 1927, 41-60
– J. Ewald, J. Tauber, éd., Tatort Vergangenheit, 1998
MAH BL, 4, à paraître

Auteur(e): Hans-Rudolf Heyer / AB