• <b>Alberik Zwyssig</b><br>Portrait du cistercien uranais. Relief sculpté à la cire vers 1840 par   Josef Anton Birchler (Musée d'Histoire de Berne).

No 1

Zwyssig, Alberik

naissance 17.11.1808 (Johann Joseph Maria) à Bauen, décès 19.11.1854 à Mehrerau, cath., de Seelisberg. Fils de Johann Joseph, officier au service de Naples, et d'Anna Maria Magdalena Infanger. Elève à l'école latine de l'abbaye cistercienne de Wettingen (1813), membre de sa maîtrise, bénéficiaire en outre de leçons de piano, d'orgue et de violon avec les pères Paul Burkhart et Placidus Bumbacher, novice (1826-1827), profès en 1827, prêtre et maître de chapelle de l'abbaye en 1832. De 1832 à 1841, Z. composa de nombreuses œuvres à caractère liturgique. La mélodie du graduel Diligam te Domine de sa messe en ut majeur écrite en 1835 pour l'installation du curé Bumbacher préfigure celle du futur Cantique suisse (Hymne national). Après la sécularisation de Wettingen (1841), Z. vécut chez son frère Peter, au domaine de Sankt Karl près de Zoug. C'est là qu'il fit exécuter pour la première fois, le 22 novembre 1841, son Cantique suisse, sur des paroles du Zurichois Leonhard Widmer. Après l'échec de la tentative visant à refonder la communauté de Wettingen dans l'ancien couvent franciscain de Werthenstein (1847), Z. fut maître de musique chez les cisterciennes de Mariazell à Wurmsbach (1847-1854). Il participa activement en 1854 au rétablissement de l'abbaye de Wettingen, sous la houlette de son dernier abbé Leopold Höchle, à Mehrerau près de Bregenz.

<b>Alberik Zwyssig</b><br>Portrait du cistercien uranais. Relief sculpté à la cire vers 1840 par   Josef Anton Birchler (Musée d'Histoire de Berne).<BR/>
Portrait du cistercien uranais. Relief sculpté à la cire vers 1840 par Josef Anton Birchler (Musée d'Histoire de Berne).
(...)


Fonds d'archives
– Fonds, BCouvent de Wettingen-Mehrerau et BN
Bibliographie
– H. Meng et al., Pater Alberich Zwyssig, 1982
RISM CH

Auteur(e): Gabriella Hanke Knaus / PM