Wintersingen

Comm. BL, distr. de Sissach. Village-rue le long du Wintersingerbach, dans une cuvette formée par ce ruisseau, au nord du Kienberg. L'ancien petit couvent d'Iglingen, avec sa chapelle gothique du XIIe s., passa à Magden en 1894. Avant 1213 vvintersingin. 71 hab. en 1497, 343 en 1699, 434 en 1743, 424 en 1798, 575 en 1850, 567 en 1900, 492 en 1950, 588 en 2000. Vestiges d'une villa romaine au Breitfeld. Au XIVe s., tous les droits sur W. appartenaient aux comtes de Thierstein. En 1461, le village passa à la ville de Bâle avec la seigneurie de Farnsburg. Il fit partie du bailliage de Farnsburg, puis des districts de Gelterkinden sous l'Helvétique, de Liestal dès 1814 et de Sissach dès 1832. Il forme une paroisse protestante avec Nusshof. Le patronage était aux mains du chapitre bâlois de Saint-Léonard en 1196; il appartint de 1313 à 1821 à la commanderie de l'ordre teutonique de Beuggen. Dans la partie haute de la localité se trouvent l'église à plan en équerre, agrandie au XVIIe s. et qui remonte à un édifice du VIIIe s., ainsi que l'imposant presbytère sur la place du village. L'ancienne mayorie (Meierhof) est dans la partie moyenne; il y a un moulin dans la partie basse et une ancienne scierie à l'orée du village. En outre, des fermes isolées se sont installées depuis le XVIIIe s. On pratiquait la viticulture et dès le XVIIIe s. la passementerie. Après 1945, des constructions sont apparues sur le versant exposé au sud, à l'extérieur du noyau historique.


Bibliographie
MAH BL, 3, 1986, 382-402
– G. Rudin, 800 Jahre Wintersingen, 1996

Auteur(e): Brigitte Frei-Heitz / FP