Thürnen

Comm. BL, distr. de Sissach, située sur la route qui conduit au col du Bas-Hauenstein, à l'entrée de la vallée de Homburg. 1103 Durnun. 81 hab. en 1680, 111 en 1698, 158 en 1770, 175 en 1798, 264 en 1850, 347 en 1900, 331 en 1950, 1167 en 2000. Trouvailles de la civilisation de Hallstatt et de l'époque romaine à la Kilchmatt. T. fut au XIe s. propriété du couvent de Sankt Alban. Il relevait de la seigneurie de Homberg, qui passa à l'évêque de Bâle en 1305 et fut rachetée par la ville de Bâle en 1400. Partie du bailliage bâlois de Homberg jusqu'en 1798, T. dépendit du district de Gelterkinden sous la République helvétique, puis de celui de Sissach dès 1814. Une chapelle dédiée à saint Blaise (non localisée) fut détruite à la Réforme. Au spirituel, T. a toujours relevé de Sissach (dès 1896 dans la paroisse protestante de Saint-Jacques). Du XVIIIe s. aux années 1920, la population vécut de l'agriculture, de l'élevage et de la fabrication de rubans de soie (10 métiers en 1754, 18 en 1786, 36 en 1856, 39 en 1908, 6 en 1931). Quelques entreprises artisanales et industrielles s'implantèrent au XXe s. Au début du XXIe s., T. était une commune résidentielle.


Bibliographie
– R. Marti, Zwischen Römerzeit und Mittelalter, 2 vol., 2000
Heimatkunde Thürnen, 2003

Auteur(e): Philippe Hofmann / DVU