• <b>Friedrich Schiller</b><br>Monument dédié à Schiller, érigé pour le centième anniversaire de sa naissance dans le lac des Quatre-Cantons. Gravure sur acier de  C. Huber,  qui sert de frontispice à l'ouvrage intitulé <I>Die Urschweiz</I>, publié simultanément à Bâle et à Londres en 1870 (Bibliothèque nationale suisse). Emergeant de l'eau à quelques mètres de la rive, la pierre appelée autrefois Mythenstein fut transformée en Schillerstein en 1859. Le monument, alors taillé en forme de pyramide, avec son inscription en lettres d'or (<I>Dem Sänger Tells, F. Schiller, Die Urkantone, 1859</I> / "Au chantre de Tell, F. Schiller, les cantons primitifs, 1859") fut inauguré le 21 octobre 1860, lors d'une fête grandiose, à laquelle participèrent tous les bateaux du lac.

No 1

Schiller, Friedrich

naissance 10.11.1759 à Marbach am Neckar (Wurtemberg), décès 9.5.1805 à Weimar, prot., du Wurtemberg, citoyen d'honneur de la République française (1792). Fils de Johann Kaspar, chirurgien, et d'Elisabeth Dorothea Kodweiss. ∞ 1790 Charlotte von Lengefeld. Etudes de médecine à l'académie ducale de Stuttgart (Hohe Karlsschule). Médecin d'un régiment au service du duc de Wurtemberg, réfugié en 1782 à Mannheim après la publication de son drame Les Brigands, dramaturge dans cette ville, puis à Leipzig, professeur d'histoire à l'université d'Iéna (1789-1791), écrivain et éditeur de revues littéraires à Weimar (1799-1805). Auteur de drames, dont Guillaume Tell (1804), et de ballades, certaines inspirées de l'histoire suisse. Par la voix de Spiegelberg, dans Les Brigands, le jeune S. avait qualifié les Grisons d'"Athènes des filous modernes", provoquant alors une polémique dans la presse grisonne. Dans les années 1790, la Suisse devint pour S. synonyme d'un espace de liberté au sein d'une nature sublime. Utilisant comme sources l'Histoire de la Confédération suisse de Jean de Müller et le Chronicon Helveticum d'Aegidius Tschudi, S. fit de son Guillaume Tell, dont le mythe suscitait des interprétations contradictoires à l'époque de la République helvétique, un drame de la résistance légitime contre toute tyrannie, fondé sur un droit naturel qui serait le fruit du monde alpestre suisse. Ses discussions avec son ami Goethe et la lecture des œuvres de Charles-Victor de Bonstetten (Lettres sur un peuple de bergers en Suisse) et Johann Gottfried Ebel (Schilderung der Gebirgsvölker der Schweiz) notamment lui procurèrent des informations sur le paysage de Suisse centrale. Dans l'enthousiasme suscité par S. au XIXe s., les cantons primitifs firent du rocher en forme d'obélisque situé à l'embouchure du lac d'Uri un monument en son honneur à l'occasion de son 100e anniversaire. La Fondation Schiller suisse, créée à Zurich en 1905 à l'instigation de Hans Bodmer, décerne des prix littéraires dans les quatre régions linguistiques de la Suisse. S. fut anobli en 1802.

<b>Friedrich Schiller</b><br>Monument dédié à Schiller, érigé pour le centième anniversaire de sa naissance dans le lac des Quatre-Cantons. Gravure sur acier de  C. Huber,  qui sert de frontispice à l'ouvrage intitulé <I>Die Urschweiz</I>, publié simultanément à Bâle et à Londres en 1870 (Bibliothèque nationale suisse).<BR/>Emergeant de l'eau à quelques mètres de la rive, la pierre appelée autrefois Mythenstein fut transformée en Schillerstein en 1859. Le monument, alors taillé en forme de pyramide, avec son inscription en lettres d'or (<I>Dem Sänger Tells, F. Schiller, Die Urkantone, 1859</I> / "Au chantre de Tell, F. Schiller, les cantons primitifs, 1859") fut inauguré le 21 octobre 1860, lors d'une fête grandiose, à laquelle participèrent tous les bateaux du lac.<BR/>
Monument dédié à Schiller, érigé pour le centième anniversaire de sa naissance dans le lac des Quatre-Cantons. Gravure sur acier de C. Huber, qui sert de frontispice à l'ouvrage intitulé Die Urschweiz, publié simultanément à Bâle et à Londres en 1870 (Bibliothèque nationale suisse).
(...)


Oeuvres
Schillers Werke: Nationalausgabe, 1943-
Fonds d'archives
– Fonds, Deutsches Literaturarchiv, Marbach
Bibliographie
– H. Koopmann, éd., Schiller-Handbuch, 1998
– U. Hentschel, Mythos Schweiz, 2002
– B. Piatti, Tells Theater, 2004
NDB, 22, 759-763

Auteur(e): Rosmarie Zeller / MK