Ratpert

naissance vers 855, décès 25.10.911 (année incertaine). Selon les recherches récentes, R. prononça ses vœux à Saint-Gall vers 873; il est mentionné comme moine et scribe entre le 29 mai 876 et le 10 février 902. Quatre poèmes liturgiques en latin peuvent lui être attribués avec certitude, dont la litanie des saints Ardua spes mundi et le chant pour l'eucharistie Laudes, omnipotens, ferimus, tous deux largement diffusés. Des arguments sérieux font penser que R. est l'auteur de l'Historia sancti Galli, un office pour le saint patron du couvent. La chanson de saint Gall (Galluslied) en vieux haut allemand n'est en revanche connue que dans la traduction latine d'Ekkehard IV. Dans son œuvre principale, le Casus sancti Galli, dont le rayonnement ne dépassa pas la région du lac de Constance au Moyen Age, R. traite de l'histoire de son couvent des origines à 884. Ce qui fut longtemps considéré comme une description sèche du patrimoine est en réalité un écrit polémique plein de finesse en faveur des libertés conventuelles et de l'autonomie de Saint-Gall face à l'évêque de Constance. La seconde partie vante les mérites des abbés Grimald et Hartmut et établit la liste détaillée des livres produits lorsqu'ils dirigeaient le couvent. Ekkehard IV, qui poursuivit la rédaction du Casus sancti Galli, décrit R. comme un détracteur dérangeant et finement sarcastique de l'abbé Salomon III (890-920). Celui-ci, en même temps évêque de Constance, avait été imposé à l'abbaye par le roi Arnulf en 890; R. est probablement parti de cet événement pour jeter un regard légèrement ironique sur le destin capricieux de son couvent.


Oeuvres
– H. Steiner, éd. et trad., St. Galler Klostergeschichten = (Casus sancti Galli), 2002
Bibliographie
VL, 7, 1032-1035
LThK, 8, 849
– R. Schaab, Mönch in Sankt Gallen, 2003
– H. Steiner, «Buchproduktion und Bibliothekszuwachs im Kloster St. Gallen unter den Äbten Grimald und Hartmut», in Ludwig der Deutsche und seine Zeit, éd. W. Hartmann, 2004, 161-183

Auteur(e): Hannes Steiner / MBA