03/11/2004 | communication | PDF | imprimer | 

Buus

Comm. BL, distr. de Sissach, village dans une cuvette au pied nord du Farnsberg. 1273 Bus. 57 hab. en 1497, 360 en 1699, 385 en 1774, 590 en 1837, 613 en 1850, 611 en 1900, 725 en 1920, 676 en 1950, 909 en 2000. Vestiges préhistoriques à la Buuseregg, four de réduction pour le minerai de fer à l'Erzmatt, villa au Breitfeld, tombes à dalle et cistes du haut Moyen Age. La haute juridiction releva au Moyen Age des comtes de Lenzbourg, avoués du chapitre de Beromünster, puis des Frobourg, des comtes de Habsbourg-Laufenburg dès 1323, des Thierstein en 1372, de la ville de Bâle dès 1461 (bailliage de Farnsburg). De 1798 à 1803, B. fut rattaché au district de Gelterkinden, en 1814 au district de Liestal et en 1832, lors de la création du demi-canton de Bâle-Campagne, au district de Sissach. L'église Saint-Michel, mentionnée en 1273, dépendait d'un domaine qui appartint, avec le droit de patronage, à la commanderie des chevaliers teutoniques de Beuggen, du XIVe s. à 1805. La paroisse de B. incluait Hemmiken et Ormalingen jusqu'à la Réforme (1529), Maisprach de 1535 à 1939. A côté de l'agriculture et de la viticulture (nombreuses fermes isolées), on exploita au XVIIIe s. une carrière de gypse et l'on fabriqua, jusqu'au début du XXe s., de la passementerie (soixante et un métiers en 1908). La vigne est attestée dès 1274, un moulin est mentionné en 1459. B. conserve la dernière construction à poteaux de bois du canton (musée paysan). Tout récemment, des quartiers de villas, où vivent surtout des navetteurs, ont vu le jour aux abords de l'agglomération.


Bibliographie
MAH BL, 3, 1986, 26-45

Auteur(e): Hans-Rudolf Heyer / LH