Augst

Comm. BL, distr. de Liestal. Village-rue près de l'embouchure de l'Ergolz dans le Rhin. 615 Augustodunensem praesulem (?), 752 Augusta, 1288 Augst. 142 hab. en 1699, 130 en 1798, 369 en 1850, 501 en 1900, 672 en 1950, 950 en 2000. A. s'est créé à l'époque alémanique autour d'un pont sur l'Ergolz (péage). Kaiseraugst en fut détaché en 1442 et revint à la seigneurie autrichienne de Rheinfelden. Avec la seigneurie de Farnsburg, A. passa en 1461 à Bâle, d'où son autre nom de Baselaugst. Ce n'est qu'au traité de 1534 que l'Autriche renonça à tout droit sur A. La même année, avec la Réforme, A. fut attribué à la paroisse de Pratteln. Outre l'agriculture, la passementerie et l'artisanat dominaient l'économie préindustrielle. Le développement conjoint du trafic des marchandises et des auberges au XIXe s., la ligne ferroviaire du Bözberg (1875) et la centrale électrique au fil du Rhin d'A.-Wyhlen (1912) créèrent de nouveaux emplois. Dès la fin des années 1950, la zone résidentielle déborda peu à peu sur le périmètre de la ville romaine d'Augusta Raurica.


Bibliographie
– R. Laur-Belart et al., Geschichte von Augst und Kaiseraugst, 1962
– W. Reichmuth et al., Heimatkunde Augst, 1984
– J. Ewald, J. Tauber, éd., Tatort Vergangenheit, 1998

Auteur(e): Antonia Schmidlin / AN