Lance, La

Ancienne chartreuse, comm. Concise, diocèse de Lausanne. Vers 1180, Huon de Grandson offrit le domaine de L. aux prémontrés de Fontaine-André. Pierre de Grandson-Belmont en vendit en 1317 les droits et les revenus aux chartreux. Othon Ier de Grandson confirma cette vente et fonda le monastère, qui bénéficia encore de plusieurs donations de sa part ou de celles d'autres membres de la famille. La construction débuta en 1318 et l'église fut consacrée en 1328 par l'évêque de Lausanne. Le nombre prévu de treize chartreux ne fut jamais atteint. Le couvent fut détruit par les troupes confédérées durant les guerres de Bourgogne (1475) et supprimé lors de l'introduction de la nouvelle foi dans la région (1538). Le domaine fut vendu comme résidence privée à Jacques Tribolet, châtelain de Berne et Fribourg, qui fit démolir une partie des bâtiments et transforma l'église en cave et pressoir. En 1770, le domaine fut cédé à Simon de Rochefort-Neuchâtel, qui y fit construire une grange et une écurie; en 1794, la famille Pourtalès, de Neuchâtel, acquit le tout. D'autres transformations et ajouts suivirent, notamment en 1816 un plancher intermédiaire dans l'église, où fut installée une bibliothèque. Aujourd'hui encore, La Lance est une propriété privée. Le petit cloître gothique, avec ses doubles piliers, ses sobres chapiteaux et ses trèfles, est l'élément le mieux conservé.


Bibliographie
– H. Jéquier, La chartreuse de La Lance, [1968]
– B. Andenmatten, D. de Raemy, «L'ancienne chartreuse de La Lance», in RHV, 2000, 5-74
HS, III/4, 140-172

Auteur(e): Margrit Früh / FP