10/11/2004 | communication | PDF | imprimer | 

Ettingen

Comm. BL, distr. d'Arlesheim. Autrefois village du Leimental méridional, aujourd'hui commune résidentielle de l'agglomération bâloise. 1268 Ettingen. 30 maisons vers 1583, 78 en 1722, 500 hab. en 1815, 654 en 1850, 841 en 1900, 1220 en 1950, 4859 en 1990, 4764 en 2000. Les indices les plus anciens d'habitat du Leimental remontent au début du Paléolithique supérieur, la caverne de Bütten étant visitée sporadiquement par des chasseurs. Le couvent de Reichenau exerçait ban et juridiction sur E. et Therwil, et l'évêque de Bâle détenait la haute juridiction, droits que couvent et évêque inféodèrent aux comtes de Thierstein. Après l'extinction de cette famille, Soleure et l'évêque de Bâle se disputèrent la possession des droits de Reichenau, que Soleure acquit tout d'abord, puis remit en fief à l'évêque. En 1547, E. fut intégré au bailliage de Birseck, mais c'est seulement en 1669 que l'évêque en eut l'entière possession. En 1525, E. devint combourgeois de Bâle, embrassa la Réforme vers 1530, mais fut contraint par l'évêque vers 1590 de revenir au catholicisme. Avec Therwil, E. constitua un centre d'anabaptistes de 1526 à 1528. L'église Saints-Pierre- et-Paul date des XVe et XVIIIe s., le chœur de 1717. A partir de 1700, E. devint une annexe de la paroisse de Therwil, dont il releva jusqu'en 1802. E. fit d'abord partie de la République rauracienne (1792-1793), passa sous la domination française (départements du Mont-Terrible de 1793 à 1800, du Haut-Rhin de 1800 à 1814), appartint au canton de Bâle à partir de 1815, puis à celui de Bâle-Campagne dès 1832. La population s'adonnait essentiellement à l'agriculture et à la viticulture; parallèlement, il faut aussi signaler de l'artisanat, des carrières de pierres et un peu d'industrie (allumettes, fabrique de soie en 1854). Grâce à des bains exploités de 1795 à 1876 (agrandis en 1830), cités pour la première fois au XVIe s., E. devint une station thermale que la ligne de chemin de fer du Birsig reliait à Bâle. Le plan de zones de 1966 entraîna une intense activité dans le bâtiment. Aujourd'hui E., dont l'économie repose essentiellement sur l'artisanat et l'industrie, compte une proportion élevée de navetteurs.


Bibliographie
– E. Balsiger et al., Heimatkunde Ettingen, 4 vol., 1993-1999
– H. Utz, Bedürftig in Ettingen, 2001

Auteur(e): Brigitta Strub / FS