No 8

Hohl, Ludwig

naissance 9.4.1904 à Netstal, décès 3.11.1980 à Genève, prot., de Grub (AR). Fils de Jakob Arnold, pasteur de Netstal, et d'Anna Magdalena Zweifel. ∞ 1) 1935 Charlotte Heinsius von Mayenburg, 2) 1946 Hanny Fries, 3) 1948 Heidi Antoine, 4) 1963 Erna Tschanz, 5) 1980 Madeleine Constançon-de Weiss. Ecole cantonale à Frauenfeld, puis, après son exclusion, formation autodidacte à Zurich. Après des séjours à Paris (1924-1930), Vienne et Grein-sur-le-Danube (Haute-Autriche), H. s'installa à La Haye où, dans des conditions matérielles difficiles et dans une "extrême solitude spirituelle", il écrivit Nuances et détails (1984, all. 1939) et son chef d'œuvre, Notes ou De la réconciliation non-prématurée (1989, all. 1944-1954, 2 vol.). De 1937 à sa mort, il vécut à Genève. Malgré l'admiration et le soutien d'auteurs suisses de renom, il ne connut pas le succès de son vivant. La publication du second volume de ses Notes, chez Artemis en 1954, fut retardée de dix ans par un pénible procès. L'écriture de H., témoin d'une incessante recherche sur la langue, et sa conception de la littérature, qui refuse toute séparation entre poésie et philosophie, étaient et restent en porte-à-faux avec les pratiques habituelles de ses confrères, même s'il existe des parallèles avec l'œuvre d'un Hans Albrecht Moser ou d'un Hans F. Geyer. Nombreuses distinctions (prix Schiller 1970, prix Pétrarque 1980).


Fonds d'archives
– Fonds, ALS
Bibliographie
– J. Beringer, éd., Ludwig Hohl, 1981
– W. Morlang, Die verlässlichste meiner Freuden, 2003
– B. Erismann et al., éd., Ludwig Hohl, cat. expo. Berne et Zurich, 2004

Auteur(e): Ulrich Stadler / PM