• <b>Hans Caspar Hirzel</b><br>Portrait du médecin et écrivain zurichois par  Friedrich Oelenhainz;   huile sur toile, 1790 (Zentralbibliothek Zürich). L'œuvre fut commandée par la Société des sciences naturelles de Zurich après l'élection de Hirzel à sa présidence. Ayant devant lui un buste de son prédécesseur Johannes Gessner, Hirzel regarde le spectateur avec assurance. Ses mains reposent sur une édition du traité d'agriculture de Caton l'Ancien, son modèle, et sur le manuscrit de son propre ouvrage, <I>Die Wirthschaft eines philosophischen Bauers (Le Socrate rustique)</I>. Dépassant du bord de la table, le portrait de Jakob Gujer, surnommé Kleinjogg, l'inventif paysan découvert par Hirzel.

No 10

Hirzel, Hans Caspar

naissance 21.3.1725 à Kappel am Albis, décès 18.2.1803 à Zurich, prot., de Zurich. Fils de Hans Caspar, vice-bourgmestre, et de Regula, née H. Frère de Salomon ( -> 38). ∞ 1) Anna Maria Ziegler, 2) Regula Leu. Etudes à Leyde, doctorat en médecine en 1746. Séjours à Berlin et Potsdam. Second (1751) puis premier médecin (1761) de la ville de Zurich. Secrétaire (1747), puis président de la Société des sciences naturelles de Zurich (1790), cofondateur en 1762 et premier président de la Société helvétique. Membre du Petit Conseil en 1778, administrateur du domaine du Hard en 1785, bailli du Neuamt en 1788. Dans un ouvrage (Die Wirthschaft eines philosophischen Bauers, 1761), dont la traduction française (Le Socrate rustique, 1762) fut un succès européen, H. met en scène Jakob Gujer (dit Kleinjogg) de Wermatswil, domaine agricole qu'il prend comme modèle. Son opuscule de 1788 (Über Vortheil und Schaden der Handelschaft für Feldbau und Sitten des Volkes) évoque les conséquences des débuts de l'industrialisation sur les mœurs du peuple. H. entretint des contacts avec l'étranger, notamment avec le philosophe Johann Georg Sulzer et les écrivains Johann Wilhelm Ludwig Gleim, Karl Wilhelm Ramler, Ewald Christian von Kleist et Friedrich Gottlob Klopstock.

<b>Hans Caspar Hirzel</b><br>Portrait du médecin et écrivain zurichois par  Friedrich Oelenhainz;   huile sur toile, 1790 (Zentralbibliothek Zürich).<BR/>L'œuvre fut commandée par la Société des sciences naturelles de Zurich après l'élection de Hirzel à sa présidence. Ayant devant lui un buste de son prédécesseur Johannes Gessner, Hirzel regarde le spectateur avec assurance. Ses mains reposent sur une édition du traité d'agriculture de Caton l'Ancien, son modèle, et sur le manuscrit de son propre ouvrage, <I>Die Wirthschaft eines philosophischen Bauers (Le Socrate rustique)</I>. Dépassant du bord de la table, le portrait de Jakob Gujer, surnommé Kleinjogg, l'inventif paysan découvert par Hirzel.<BR/>
Portrait du médecin et écrivain zurichois par Friedrich Oelenhainz; huile sur toile, 1790 (Zentralbibliothek Zürich).
(...)


Fonds d'archives
– AFam, ZBZ
Bibliographie
– S. Hirzel, Angedenken meines Bruders, 1804
– B. Hirzel, «Johann Caspar Hirzel, der ältere (1725-1803), seine Werdejahre und seine Freundschaft mit Gleim», in Neujahrsblatt, éd. ZBZ, 1, 1916
NDB, 9, 244
– O. Sigg et al., Lob der Tüchtigkeit, 1985

Auteur(e): Christoph Mörgeli / LA