Gonzen

Massif montagneux de la chaîne de l'Alvier (1829 m), au nord de Sargans SG, principal centre minier de Suisse. L'extraction de minerais (fer rouge, hématite manganésifère) est attestée dès 200 av. J.-C. Des bas fourneaux sont mentionnés en 1315 à Flums, Mels et Plons (comm. Mels). En 1396, le comté de Sargans fut cédé en gage à l'Autriche avec la régale des mines, les fourneaux et les forges, puis en 1406 aux comtes de Toggenbourg. Au XVe s., des maîtres de forges zurichois s'établirent à G., dont le fer, apprécié pour sa résistance, devint une importante matière première pour la fabrication des armes dans l'ancienne Confédération. Dès 1654, Jacob Good donna un nouvel élan à l'extraction du minerai. Un inventaire de 1771 donne un aperçu de l'exploitation des mines et des techniques de travail. Quelque trente mineurs s'affairaient au G. (village de Naus, comm. Wartau). En 1823, Johann Georg Neher acheta la fonderie de Plons et la mine de G., qui déclinèrent avec l'importation de produits moins chers, consécutive à l'arrivée des chemins de fer. Créé en 1919, la Société de mines de fer du G. occupait entre 150 et 180 personnes en 1920. En 1942, ses 380 mineurs arrachèrent 116 000 tonnes de minerai à la montagne. La baisse des prix mondiaux entraîna l'interruption du travail en 1966, mais la concession d'exploitation fut conservée. Depuis 1983, le chemin de fer minier du G. est devenu une attraction touristique.


Bibliographie
– A. Senti, Sagen aus dem Sarganserland, 1974-1998
– P. Hugger, Der Gonzen, 1991
– D. Imper, «Das Eisenerzbergwerk Gonzen bei Sargans», in Der Anschnitt, 50, 1998, 154-166 (avec bibliogr.)
SGGesch., 2, 196-202

Auteur(e): Silvio Bucher / WW