Zullwil

Comm. SO, distr. de Thierstein, village sur la route Breitenbach-Reigoldswil, en contrebas de la ruine de Gilgenberg. 1152 Zolwilre. 231 hab. en 1798, 334 en 1850, 376 en 1880, 315 en 1900, 535 en 1950, 619 en 2000. Habitat du Bronze final et du Bas-Empire à la Portiflue, tombes en ciste du haut Moyen Age à la Holle. Formant avec Fehren, Meltingen et Nunningen la seigneurie de Gilgenberg, que Soleure acquit en 1527, Z. fit partie jusqu'en 1798 du bailliage de Gilgenberg, surnommé Geissenvogtei (bailliage des chèvres) à cause de sa petitesse. Au spirituel, le village releva de Bretzwil jusqu'à la Réforme, puis constitua avec Nunningen la paroisse d'Oberkirch, dont le patronage passa en 1530 du chapitre cathédral de Bâle à la ville de Soleure. L'industrie à domicile apparut au XIXe s., puis une fabrique de passementerie; on exploitait en outre le gypse et la marne, ainsi qu'un petit vignoble. Au début du XXIe s., l'industrie et les arts et métiers fournissaient peu d'emplois et le taux de navetteurs sortants était donc élevé.


Bibliographie
MAH SO, 3, 1957, 235-237
– R.M. Kully, Solothurnische Ortsnamen, 2003, 692-694

Auteur(e): Lukas Schenker / GAR