05/01/2010 | communication | PDF | imprimer

Meltingen

Comm. SO, distr. de Thierstein. Village le long de l'Ibach et sur une colline où se trouve l'église. 1302 Meltingen. 252 hab. en 1739, 186 en 1798, 411 en 1850, 363 en 1900, 538 en 1950, 603 en 2000. Appartenant à la seigneurie de Gilgenberg, M. releva des barons de Ramstein, puis passa en 1527 à Soleure, avec le patronage et les haute et basse justices (bailliage de Gilgenberg). Il fut incorporé en 1798 au district helvétique de Büsserach qui regroupait les anciens bailliages de Dorneck, Thierstein et Gilgenberg, puis en 1803 au district de Thierstein. L'église, mentionnée en 1302, fut une filiale de Laufon de 1375 à 1438; dépendant d'Oberkirch avant 1375 et après 1527, M. fut érigé en paroisse en 1648. L'église actuelle, dont le chœur remonte au début du XVIe s., aurait été construite sur ordre de Hans Imer von Gilgenberg et de sa femme Agatha von Breitenlandenberg, en souvenir de la découverte d'une statue de la Vierge. Elle devint l'église de pèlerinage Notre-Dame-du-Buisson. Vu l'affluence de pèlerins, la nef fut agrandie en 1727-1730. Elle renferme, outre la statue mentionnée (fin du XIVe s.), une pietà (vers 1540), des vitraux (milieu du XVe s. et 1519). Les bains, attestés au milieu du XVe s. déjà, furent très fréquentés au XVIIIe s. et jusqu'au milieu du XIXe, par les Bâlois surtout. Le village, longtemps voué à l'agriculture, accueillit tardivement quelques petites entreprises. La Société des eaux minérales de Bad M., fondée en 1915 et reprise par Sibra-Holding en 1970, pratiqua la mise en bouteilles jusqu'en 1988 et le commerce de boissons jusqu'en 1990/1995. L'amélioration des communications avec l'agglomération bâloise a entraîné une augmentation du nombre de navetteurs. En 2000, le secteur primaire offrait encore un bon quart des emplois.


Bibliographie
– H. Sigrist, «Vom alten Meltinger Bad», in Jurablätter, 17, 1955, 129-144
MAH SO, 3, 1957, 216-228
– R.M. Kully, Solothurnische Ortsnamen, 2003, 467-469

Auteur(e): Lukas Schenker / AN