No 6

Greyerz, Otto von

naissance 6.9.1863 à Berne, décès 8.1.1940 à Berne, prot., de Berne. Fils d'Otto Wilhelm Aimé, pasteur, et de Pauline Luise Locher. Frère de Karl ( -> 5). ∞ 1896 Luise Karoline Alice Schorr. Etudes de langue et littérature allemandes à Göttingen et Berlin (1885-1886), examen de maître de gymnase (1886), doctorat avec une thèse sur les relations entre Béat Louis de Muralt et les littératures allemande et française du XVIIe et du XVIIIe s. (1887). G. poursuivit sa formation à Paris, puis enseigna au Robert-College, école américaine à Constantinople (1888-1891), au gymnase municipal de Berne (1891-1907) et à l'école nouvelle de Glarisegg, près de Steckborn (1907-1915). Enseignant au séminaire de formation des maîtres secondaires (1915), professeur extraordinaire (1916), puis ordinaire (1921) de méthodologie de l'enseignement de l'allemand, ainsi que de langue et littérature de la Suisse alémanique à l'université de Berne, où il resta jusqu'en 1933. A la fois Bernois ancré dans la tradition et citoyen du monde, G. s'attela, dans la recherche et dans ses cours, à une réforme de l'enseignement de l'allemand, prônant une méthode qui, partant du dialecte, privilégie la compétence linguistique plutôt que l'apprentissage par cœur et la littérature elle-même plutôt que son histoire. Il voulait amener progressivement les enfants de leur dialecte à l'usage de la langue écrite. Ces principes ne l'empêchèrent pas de rejeter l'œuvre de Robert Walser et de défendre celle de Karl May en opposition avec l'esprit de son temps. Il considérait l'expérience comme le fondement méthodologique de l'apprentissage et répandait l'idée d'un enseignement de l'allemand comme moyen d'éducation nationale. G. fonda la section bernoise du Heimatschutz et apporta son soutien au jeune mouvement des universités populaires. Porte-parole de la poésie en dialecte bernois, il édita un recueil de chansons populaires (Im Röseligarte, 1908) et écrivit des pièces en dialecte (notamment Ds Schmockerlisi, 1917), des poèmes en prose, mais aussi des manuels scolaires (Deutsche Sprachschule für Berner, 1900; Deutsches Lesebuch für höhere Lehranstalten der Schweiz, 1904) et des critiques littéraires.


Bibliographie
Unserm Otto von Greyerz zum 60. Geburtstage, 1923
L'Ecole bernoise, 50, 1940, 16
– G. Küffer, «Otto von Greyerz (1863-1940) und die Schule», in Berner Schulpraxis, 53, 1963, 89-120

Auteur(e): Hans-Ulrich Grunder / LA