• <b>Friedrich Glauser</b><br>L'écrivain photographié par  Gotthard Schuh,  1938 (Fotostiftung Schweiz, Winterthour) © Fotostiftung Schweiz.

No 1

Glauser, Friedrich

naissance 4.2.1896 à Vienne, décès 8.12.1938 à Nervi (Ligurie), prot., de Muri bei Bern. Fils de Charles Pierre, maître de français à l'académie de commerce de Vienne, et de Theresia Scubitz, Autrichienne. Célibataire. Tôt orphelin de mère, G. reçut de son père une éducation autoritaire et fut placé en 1910 à l'école nouvelle de Glarisegg (comm. Steckborn), en 1913 au collège de Genève, puis obtint la maturité en 1916 à l'institut Minerva de Zurich. Après un semestre de chimie à Zurich (1917), G. entra en contact avec le mouvement dada. En 1918, invoquant une vie dissolue et débauchée, son père le fit mettre sous tutelle, mesure que G. tenta toute sa vie de faire lever. Interné à plusieurs reprises dans des cliniques, il s'en évada souvent. S'adonnant aux drogues, il alterna les cures de désintoxication, les rechutes et plusieurs tentatives de suicide. Engagé dans la Légion étrangère (1921-1923), travaillant occasionnellement dans des exploitations horticoles, il suivit une formation de jardinier (1930-1931) à l'école d'horticulture d'Oeschberg (comm. Koppigen). Sa rencontre avec Berthe Bendel, infirmière à la clinique psychiatrique de Münsingen, lui amena une certaine stabilité. Il passa avec elle les deux dernières années de sa vie, surtout en France et en Italie. G. publia ses premiers textes en 1915, d'abord dans des journaux et revues (suppléments littéraires, critiques de livres). Gourrama, son roman sur la Légion étrangère, achevé en 1930, ne trouva pas d'éditeur et connut une publication posthume en 1940. Son premier roman policier, L'inspecteur Studer (1936), fut suivi de quatre autres mettant en scène la figure de Studer, policier empathique envers les êtres marginaux, popularisé par les films de Leopold Lindtberg avec Heinrich Gretler dans le rôle-titre. G., narrateur d'une grande force expressive, jetant un regard critique sur la société, est considéré comme l'un des principaux écrivains suisses.

<b>Friedrich Glauser</b><br>L'écrivain photographié par  Gotthard Schuh,  1938 (Fotostiftung Schweiz, Winterthour) © Fotostiftung Schweiz.<BR/>
L'écrivain photographié par Gotthard Schuh, 1938 (Fotostiftung Schweiz, Winterthour) © Fotostiftung Schweiz.
(...)


Oeuvres
– B. Echte, M. Papst, éd., Briefe, 2 vol., 1988-1991
– B. Echte, M. Papst, éd., Das erzählerische Werk, 4 vol., 1992-1993
– B. Echte et al., éd., Die Romane, 7 vol., 1995-1997
Fonds d'archives
– Fonds Max Müller et Josef Halperin, Robert Walser-Archiv, Zurich
– Fonds, ALS
– Dossiers du tuteur général, AV Zurich
Bibliographie
– G. Saner, Friedrich Glauser, 2 vol., 1981
– H. Spiess, P.E. Erismann, éd., Friedrich Glauser / Erinnerungen von Emmy Ball Henning, 1996
NZZ, 3/4.2.1996
– Ch. Jehle, La Suisse de l'entre-deux-guerres: quelle patrie pour ses écrivains?, 2001

Auteur(e): Thomas Feitknecht / ME